Cette espèce protégée qui en 2007 comptait entre 45 000 et 69 000 individus, moins de 30000 en 2010 devrait disparaître totalement à l'état sauvage avant la fin de la décennie d'après les associations locales si rien n'est fait, notamment la création de sanctuaires protégés dans les dernières forêts tropicales humides malaisiennes et indonésiennes.

Or la politique mise en place dans l’État du Sarawak en Malaisie où l'on rescence plus de 3000 Orangs Outangs est intéressante. Ici selon la croyance des communautés Iban l'animal symbolise l'harmonie et la paix...mieux il est la réincarnation d'un héros de guerre, il est donc interdit de le braconner voir même de s'en approcher et c'est grâce à une politique d'éducation et d’écotourisme que ces Orangs Outangs sont protégés soit dans leur espace naturel (75 % d'entre eux vivent à l'état sauvage) où les guides reçoivent même des bonus quand ils accompagnent les touristes les voir ou comme ici dans ce centre de réhabilitation de Semenggoh où les visiteurs peuvent les approcher de loin et assister à leur repas.

Aujourd'hui dans l'état du Sarawak, trois parcs naturels ont été crée permettant à ces animaux de vivre à l'état sauvage, de nouveaux centres de réhabilitation ont vu le jour mais surtout cette politique de préservation va de pair avec une politique éducative et de responsabilisation auprès des villageois qui peuvent recevoir jusqu'à 50.000 euros par an pour développer l'écotourisme ou tout simplement permettre aux enfants d'étudier.

Un bel exemple de préservation même si ce n'est qu'une goutte d'eau et que ces animaux risquent à terme d’être sacrifiés sur l'autel du pétrole vert.

Un reportage réalisé en partenariat avec l'Office du Tourisme de Malaisie.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.