En ce jour anniversaire, je vous propose un hommage à Claude Villers.

Une figure de cette radio qui durant toute sa carrière, près de 40 ans a su marier à merveille sa passion de l’humour : on se souvient de lui comme d’un irrésistible président du tribunal des flagrants délires et sa passion du voyage où il devenait un merveilleux raconteur d’histoires.

Souvenez vous de « Marche ou Rêve », « Marchand d’histoires » ou encore « Je vous écris du plus lointain de mes rêves ».

Mais le voyage selon Claude Villers est celui où l’on prend le temps de découvrir,le nez en l’air, sans aucun guide de voyage.

Avec une fascination pour les Etats-Unis : Pays qu’il avait choisi lorsqu’un réalisateur de France inter, après quelques essais à l’antenne lui avait dit : « qu’il ne savait pas parler, pas respirer et qu’il ne ferait jamais d’antenne ».

Dont acte, Claude avait tout plaqué ; direction les Etats Unis où il devint quand même finalement correspondant de France Inter de 1967 à 1971.

Puis de retour à Paris il ne se passa pas une année sans qu’il n’y retourne ou fasse découvrir aux auditeurs ce pays « où l’on agit et où l’on ne réfléchit pas » comme il aime à dire.

C’est donc tout naturellement que je vous propose d’écouter un extrait de « Je vous écris du plus lointain de mes rêves » du 24 décembre 2000 en Louisiane Française à Lafayette.

Aujourd’hui Claude continue à raconter ses histoires de train, de paquebot et bien plusdans des livres et ses émissions sont toujours des petits bonheurs à réécouter.

Un maître pour toute une génération de reporters.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.