Philippe Descolla est le théoricien de l'anthropologie de la nature qui accorde aux non-humains un rôle d’agent social au lieu de les voir simplement comme des ressources ou des contraintes et dans bien des sociétés t les rapports entre humains et non humains composent leur monde et en assurent l’équilibre.

Ainsi par exemple dans la societes amazonienne la foret,, les plantes et les animaux sont considérés comme un jardin d’esprits à qui l'on s'adresse et à qui l'on demande l 'autorisation de chasser et qu’il vaut mieux ne pas trop déranger .

Je vous propose donc ce matin un regard croisé entre Philippe Descola et Don Sabino chaman Kichwa d'Equateur

C'est une manière de vivre en harmonie avec la nature que les indiens tentent de préserver contre l'exploitation du pétrole sur leur terre ou tout autre volonté de détruire la foret d'où l'idée d'une frontière de vie: un chemin de fleurs de 300 km qui entoure leur territoire et protège des dizaines de milliers d'hectares de fôret primaire et symbolise la paix universelle de la biodiversite.

pour en savoir plus : wwwfrontieredevie.net

le livre de Philippe Descola un plaidoyer passionnant pour une maniere de vivre ensemble différemment

"La composition des Mondes" aux éditions Flammarion

Et pour poursuivre le sujet, rendez-vous à la quinzaine Amazonienne du 26 novembre au 6 décembre qui se tiendra à Paris. Plus d'information : quinzaineamazonienne@gmail.com

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.