Dans ces montagnes frontalières où vit ce Babel de minorités, les courbes de niveau du relief délimite les espaces, les territoires.

Et dans ce col perdu, à flanc de coteau, le village des Pattens fait songer à un village de gaulois retranché derrière des palissades de bambou.

Quelques familles rustiques y survivent dans des huttes de torchis sous un toit de paille..

Plus loin des garçons à la peau et aux yeux sombres jouent avec un cochon sur des échasses de fortune tandis que les petites filles reviennent de la foret chargés de bois.

Une vie tranquille au rythme des saisons et de la lune seulement perturbée par notre arrivée

Accueillis par des petits gloussements et des regards curieux, les enfants nous invitent à entrer dans le village ; nous montrant du doigt une maison la seule en dur et beaucoup plus grande que les autres.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.