Depuis que la Birmanie s’est libérée des pesanteurs du passé militaire et des sanctions économiques, Rangoon a radicalement changé.

La ville bouge, vibre, s’agite et les artistes, dessinent aujourd’hui le visage d’une ville unique en Asie du Sud-Est plus ouverte et plus créative sur le monde.

A commencer par les grapheurs : les seuls artistes au monde à avoir graffité pendant plusieurs années uniquement dans les galeries d’art privées ou dans les instituts culturels étrangers.

Aujourd’hui même si ils risquent une amende et quelques mois de prison, ils prennent le risques de peindre sur les murs d’enceinte du zoo ou comme ici sur les toits de cette immeuble privé du centre ville.

Leur travail est à découvrir sur http://www.fatcap.com/ un site consacré au graffiti où vous pourrez découvrir cette exposition qui se tient à Paris dans cette immeuble du 13° arrondissement investi par des graffiteurs du monde entier avant démolition

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.