A quelques jours du Premier Janvier et de la journée mondiale de la paix, je vous invite à replonger dans l'histoire de l'esclavage.

C''est d'ailleurs le thème choisi par le Pape François cette année sous le titre « non plus esclaves mais frères » des valeurs de fraternité que l'on retrouvera dans quelques semaines au Mémorial Act de Guadeloupe qui ouvrira ses portes et se veut être un lieu de rencontre, d’échange et d'écoute et de partage.

C'est aussi ce qui anime le poète et écrivain marie Galantais Max Rippon rencontré ici à l'habitation Roussel, sur l’île de la canne à Sucre, l’île aux cent moulins...celle qui vécut de nombreuses années l'esclavage.

Un regard plein de tendresse sur cette île porté par Max Rippon qui n'a jamais voulu la quitter mais la tutoie, la caresse, l'aime comme si c’était une femme.

D'ailleurs l'une de ses livres s'intitule Marie Galante la Gracieuse .

Son dernier livre : « Marie Galante Regards » aux éditions RCA.

Un reportage réalisé en partenariat avec l'Office de Tourisme de Guadeloupe.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.