Dans la vallée de l’Omo au sud de l’Ethiopie : un des endroits les plus protégés d’Afrique, où il était très difficile de pénétrer jusqu’à la construction de la route il y a quelques années. A l’entrée du parc, les touristes jettent au visage des Mursis des dollars pour les photographier considérant qu’ils sont les descendants de Lucy ou les derniers sauvages de la planète.

Mais à quelques heures de marche de la route, dans le village de Maki, l’ambiance est tout autre, voire sereine : les enfants jouent avec les singes, les bébés dorment sur une peau de vache sous une hutte de branchage et les femmes pillent le Sorgho, l’aliment de base tout en chantant….tandis que les hommes sont au pâturage ou à l’école ouvert il y a quelques années par une ONG.

Et c’est grâce à l’école et l’éducation qu’ils pourront se défendre contre le gouvernement qui tente aujourd’hui de les assimiler (leur interdisant le port des plateaux labiaux, qui symbolisent pourtant leur beauté, leur courage et représentent leur identité. ) et les parque dans des camps au nom du modernisme et du confort.

Les Mursis et Leur mode de vie sont aujourd’hui en sursis.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.