1° jour de Visa pour l'image à Perpignan avec une magnifique exeposition sur le travail en argentique d'Anne Rearick dans les townships d'Afrique du Sud.

Dix ans de travail au plus près des victimes de l'Apartheid économique dont est encore victime la majorité de la population noire qui continue à vivre dans les townships à quelques kilomètres seulement des banlieues blanches et des quartiers de haute sécurité .

Comme ici à Diepsloot dans la banlieue de Jo-bourg : ce township crée en 1995 pour 10.000 personnes abriterait aujourd'hui pres de 150.000 personnes dans des cabanes de 3 m sur 2 assemblées à partir de ferraille, de bois, de plastique ou de carton et que l'on surnomment les boites d'allumettes

Ici les habitants n'ont pas accès aux services de base comme l'eau courante, les sanitaires ,les égouts ou l'enlèvement des ordures.

Et pour noircir le tableau pres de 70 % de la population est au chomage avec un taux record chez les jeunes en proie à une incroyable violence .

Dans ce contexte cette jeunesse désorientée qui doit retrouver sa place et ses repères est aujourd'hui l'attention de nombreuses ONG et associations dont Umuzi qui propose aux jeunes de Deepsloot de participer à des activités citoyennes comme celle de rendre compte des problèmes auxquels sont confrontés les habitants.

Et c'est cet autre visage de l'Afrique du Sud que nous montre aussi avec brio Anne Rearick dans son exposition « chroniques d'un township » à Visa pour l'image.

Plus d'informations : www.visapourlimage.com

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.