C’était un soir de décembre.. Ewa nous emmène dans un bar du vieux quartier de Cracovie. Un bar sans nom, sans enseigne, sans carte, juste une porte, à pousser, un rideau à tirer. Un bar qui n’existe pas encore vraiment. Il ouvre dans un mois et en attendant, comme c’est les 28 ans d’Ewa, la future gérante, elle a invité quelques personnes. Elle a mis de la musique et elle sert des shots de vodka Cranberry.

Ewa s’est débrouillée pour trouver les sous et ouvrir ce lieu, un bar ouvert à tous, un projet pour oublier ses dernières années et la petite ville d’où elle vient.. ça fait tout juste 10 ans qu’elle a dit son homosexualité, qu’elle a refusé d’être clandestine et qu’elle subit les conséquences.

En Pologne, plus de 90% des habitants se déclarent catholiques. Récemment, la chambre basse du Parlement a rejeté trois projets de loi visant à reconnaître l'union civile des personnes de même sexe.

Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie
Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie © Radio France / Caroline Gillet
Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie 2
Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie 2 © Radio France / Caroline Gillet
Image lien Facebook I like Europe
Image lien Facebook I like Europe © Radio France

Les liens

Le bar d'Ewa,"Tłocznia", au coeur du quartier Kasimierz, à Cracovie

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.