C’était un soir de décembre.. Ewa nous emmène dans un bar du vieux quartier de Cracovie. Un bar sans nom, sans enseigne, sans carte, juste une porte, à pousser, un rideau à tirer. Un bar qui n’existe pas encore vraiment. Il ouvre dans un mois et en attendant, comme c’est les 28 ans d’Ewa, la future gérante, elle a invité quelques personnes. Elle a mis de la musique et elle sert des shots de vodka Cranberry.

Ewa s’est débrouillée pour trouver les sous et ouvrir ce lieu, un bar ouvert à tous, un projet pour oublier ses dernières années et la petite ville d’où elle vient.. ça fait tout juste 10 ans qu’elle a dit son homosexualité, qu’elle a refusé d’être clandestine et qu’elle subit les conséquences.

En Pologne, plus de 90% des habitants se déclarent catholiques. Récemment, la chambre basse du Parlement a rejeté trois projets de loi visant à reconnaître l'union civile des personnes de même sexe.

Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie
Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie © Radio France / Caroline Gillet
Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie 2
Ewa dans son bar, Tłocznia, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie 2 © Radio France / Caroline Gillet
Image lien Facebook I like Europe
Image lien Facebook I like Europe © Radio France
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les liens

Le bar d'Ewa,"Tłocznia", au coeur du quartier Kasimierz, à Cracovie

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.