Michael et sa fille Calina à Berlin
Michael et sa fille Calina à Berlin © Radio France / Caroline Gillet

On poursuit notre avancée à Berlin et Sarejevo. C’est la vie moderne, dans une ville, Berlin, qui permet de créer son chemin et dans une autre, Sarajevo, qui manque de métiers classiques mais qui ne permet pas d’en créer de nouveaux. Comment s'engager ? avec qui ? et fera-t-on des enfants ? C’est aussi parler de l’heureuse collusion entre différents mondes… Mickael en Allemagne est né entre le communisme et le capitalisme. Amra en Bosnie est née entre l’orthodoxie et l’islam. Et si c’était à nous d'inventer une nouvelle voix, et d'écrire de nouvelles constitutions ?Amra nous attends devant la cathédrale, dans la seule rue qui s’appelle encore rue Tito. Amra est née d’un mariage mixte : un père bosniaque musulman et une mère orthodoxe… tous les deux juges et avocat. Elle, aimerait cocher lors du recensement : bosnienne. Simplement bosnienne, du nom de son pays. Mais elle coche bosniaque qui implique musulmane parce qu’on n’a pas le choix, il faut choisir et faire part de sa religion. Amra est partie en France un an comme fille au père… avant de rentrer en Bosnie… et de reprendre des études de droit. Elle se dit qu' il faut changer les choses malgré la corruption, intégrer le système pour le faire exploser… et simplement faire appliquer les lois.

Michael a quitté sa ville de province allemande pour venir à Berlin sortir, danser, faire le DJ ou participer à des after en matinée… mais depuis 7 semaines sa vie a changé… il a un bébé. à 27 ans il est devenu père… on le rejoint, en plein après midi, c’est son jour de garde…selon la nouvelle « constitution » de la famille … qu’ils ont écrite et signée avec sa compagne… donc pendant qu’elle fait sa sieste… Mickael promène leur enfant dans le parc … Mickael aime les idées pirates, en politique et dans la vie … il refuse de faire un métier classique … et renonce à avoir "classiquement" un enfant…

Amra et son amie d'enfance, Edita
Amra et son amie d'enfance, Edita © Radio France / Caroline Gillet
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.