En Bulgarie, des milliers de personnes sont à nouveau dans la rue pour protester contre le gouvernement en place, la corruption, le clientélisme de l’élite politique. Dans le pays le plus pauvre de l’Union européenne, des jeunes trouvent des solutions à leur problèmes par eux même. Anastacia lutte avec son invention solidaire : les "cafés suspendus".

Anastacia
Anastacia © Radio France / Caroline Gillet

Trois - quatre fois cet hiver, j’ai vu passer sur ma page facebook un message.. un peu comme une legende urbaine. L’histoire dit qu'il existe un bistrot où quand les gens entrent, ils commandent, deux, trois cafés.. mais n’en boivent qu’un et repartent. On se rend compte que dans cet endroit, on peut acheter des cafés, les laisser en suspend.. et quand une personne sans ressources en demandera un, le café suspendu sera pour lui.

Dans une superette du centre de Sofia qui participe à l'action
Dans une superette du centre de Sofia qui participe à l'action © Radio France / Caroline Gillet
Dans la superette, le panier rempli de nourriture 'suspendue'
Dans la superette, le panier rempli de nourriture 'suspendue' © Radio France / Caroline Gillet

Photo prise dans une superette du centre de Sofia qui participe à l'action

Photo prise dans la superette, le panier rempli de nourriture 'suspendue'

Anastacia a mis ça en place dans quelques lieux de Sofia, elle a moderé une page Facebook et puis ça a tellement enthousiasmé, que ce n’est plus que des cafés qu’on a suspendu, mais aussi du pain dans les superettes, des livres dans les librairies, des médicaments dans les pharmacies et .. des billets pour voir des spectacles dans les opéras. Partout en Bulgarie, des anonymes prennent en photo leurs cadeaux, et l’adresse du lieu où ils l’ont laissé, pour qui voudra.

Un marché aux fleurs à Sofia
Un marché aux fleurs à Sofia © Radio France / Caroline Gillet
Sofia
Sofia © Radio France / Caroline Gillet

Réfléchir à notre imaginaire commun

Cliquez sur les pastilles de couleur pour réécouter tous les épisodes de la saison 2 de 'I like Europe'.

Pour écouter ou réécouter Jack , le jeune militant d’extrême droite à Liverpool / Gal , israélienne, retournée dans la Pologne de ses grands parents / Amra , bosnienne de mère orthodoxe, de père musulman, amoureuse d'un gardien de nuit, ils partent à deux visiter Srebrenica / Léon , un jeune père converti à l'islam à Liverpool / Kody , congolais humoriste à Bruxelles / Catarina , artiste portugaise dans la crise qui échange avec une ancienne militante pendant la dictature de Salazar / Ewa qui ouvre un bar queer à Cracovie / Kuzman , bulgare de parents communistes, converti au capitalisme / Chris , jeune père dealer de drogue repenti / Amelia , parlementaire pirate de 25 ans à Bruxelles.

Leur récits sont mis côte à côte pour réflechir à notre imaginaire commun, de vies différentes, de la mémoire d’un passé à ne pas oublier et d’une série d’enjeux pour l’avenir proche. Pour ne pas que l'Europe ce ne soit que ses institutions et la crise monétaire. Pour faire entendre ses voix, ses contradictions, des envies, des volontés et construire le récit de ce que ça veut dire devenir adulte sur le vieux continent, aujourd'hui.

Les liens

Retrouvez I Like Europe sur Facebook

La page Facebook de l'initiative des cafés suspendus bulgares

"Girls from the town", le site d'actualités culturelles auquel contribue Anastacia

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.