En cette année de crise, il faut parler de ceux qui sont touchés. Mais aussi de ceux qui ont moins de difficultés, les plus privilégiés et des systèmes de reproduction des élites. Le plus flagrant, c’est peut être l’Angleterre, où certaines familles s’endettent pendant des décennies pour envoyer leurs enfants dans les bonnes écoles, puis où les étudiants eux-mêmes s’endettent pendant autant d'années pour pouvoir fréquenter les bonnes universités.

Comme sa mère et sa grand-mère avant elle, a 11 ans, Natasha est entrée dans un de ces prestigieux pensionnats religieux pour jeunes filles de bonne famille. A l'époque, elle était populaire et révoltée. Aujourd'hui, elle continue de se poser des questions sur l'adulte qu'elle est devenue là-bas, sur le fait qu'elle y a appris à "disparaître" et sur ce système qu'elle désavoue, mais auquel elle appartient, intimement.

Natasha à St Mary's (au 4e rang en partant du bas avec un bandeau noir dans les cheveux/ au 2e rang, on aperçoit soeur Isabelle)
Natasha à St Mary's (au 4e rang en partant du bas avec un bandeau noir dans les cheveux/ au 2e rang, on aperçoit soeur Isabelle) © Radio France / Caroline Gillet

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2012/10/d20028c7-1481-11e2-a7b7-782bcb76618d/640_imagelienbibliothequefacebook.jpg" alt="Image lien Facebook I like Europe" width="139" height="95" />
Image lien Facebook I like Europe © Radio France

Les liens

Le site de Natasha, commissaire d'exposition et écrivain

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.