Au sortir de la seconde guerre mondiale, la jeunesse française ne demande qu’à s’amuser dans les caves enfumées du quartier latin. Michel Legrand croise le chemin de Jacques Canetti, le plus grand révélateur de talent de l’histoire de la chanson française et se lie d’amitié avec Boris Vian.

Michel Legrand dirige l'orchestre du "Magazine de la chanson", 1958
Michel Legrand dirige l'orchestre du "Magazine de la chanson", 1958 © AFP / Albert Courant / Ina

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la jeunesse française ne demande qu’à s’amuser dans les caves enfumées du quartier latin. Et c’est là qu’émerge une nouvelle génération d’artistes, Juliette Gréco, Léo Ferré, Barbara, Georges Brassens, Charles Aznavour et Serge Gainsbourg entre autres. 

Michel Legrand, fraîchement sorti du conservatoire fait une rencontre décisive: le producteur Jacques Canetti. Grâce à lui, il sera tour à tour accompagnateur, orchestrateur et arrangeur des plus grands, de Maurice Chevalier à Catherine Sauvage en passant par Claude Nougaro. Et c’est aussi à lui qu’on doit l’arrivée triomphale du rock en France avec ses titres parodiques concoctées anonymement par Boris Vian et Henri Salvador.  

Françoise Canetti devant une photo de son père entouré des artistes qu'il produisait
Françoise Canetti devant une photo de son père entouré des artistes qu'il produisait © Maxppp / Thomas Padilla

Avec la participation de Françoise Canetti, éditrice musicale / Jean-Michel Defaye, ami et arrangeur / Benjamin Legrand, frère / Xavier Beauvois, ami et cinéaste / Bertrand Dicale, journaliste 

Titres diffusés

  1. Quand ça balance, interprété par Michel Legrand (1964)
  2. Rock and roll Mops, interprété par Henri Salvador et Boris Vian (1957)
  3. La valse des lilas, interprété par Michel Legrand (1964)
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.