Marie Marthe Camille Desinge du Gast, surnommée "l'Amazone aux yeux verts", ou "la Walkyrie de la Mécanique" est pilote automobile, pionnière en la matière, excellant également au tir au pistolet, à la carabine, et en ski. Elle fut aussi entraîneur de chevaux.

Camille du Gast passe son examen de conducteur de canots automobiles, en septembre 1904 (domaine public)
Camille du Gast passe son examen de conducteur de canots automobiles, en septembre 1904 (domaine public)

J’aurais pu vous parler aujourd’hui de femmes qui brillèrent et qui brillent dans les plus grandes courses de deux-roues, compétitions longtemps dominées par les hommes. Par exemple la britannique, Beryl Swain, la finlandaise Taru Rinne, l’italienne Maria Costello, Livia Lancelot, double championne du monde de Motocross; l’italienne Stefy Bau, première femme à participer aux championnats du monde de MX 2 aux côtés de pilotes hommes : Sarah Lezito, Laïa Lanz, Christine Martin… 

Mais je ne peux résister au plaisir de remonter un peu dans le temps pour évoquer la première femme française pilote automobile : Camille du Gast.

Camille naît en 1868. Avant de piloter des autos, la jeune femme, qui était aussi chanteuse lyrique et une excellente pianiste concertiste, avait été une pionnière du saut en parachute (rappelons que la toute première à s’élancer dans le vide fut Jeanne Labrosse, depuis un ballon à hydrogène, le 12 octobre 1799 !) 

Camille du Gast est la première française, en 1898, avec la duchesse d’Uzès, à obtenir l’équivalent du permis de conduire (avant 1914, le nombre de permis délivré à des femmes atteindra à peine la centaine). 

Camille du Gast au Paris-Berlin 1901 sur Panhard & Levassor (domaine public)
Camille du Gast au Paris-Berlin 1901 sur Panhard & Levassor (domaine public)

En 1901, Camille prend le départ de la course Paris –Berlin

Elle termine à la 33ème place sur cent-vingt-deux participants. Elle est la première Française à participer à une course automobile. La nouvelle est reprise dans toute la presse dans laquelle elle est surnommée "L’Amazone aux yeux verts" ou "_La Walkyrie de la mécanique_"

Riche, non conformiste et casse-cou, libre de tout préjugé, Camille du Gast suscite rumeurs et jalousie, notamment de la part des instances du sport automobile… Ainsi, dans une affaire qui défraya alors la chronique, l’affaire dite "de la femme au masque", elle fut soupçonnée d’avoir posée nue et masquée, pour une toile du peintre Gervex, alors très à la mode. 

En fait c’est surtout parce qu’elle ose prendre le volant que Camille du Gast est jugée scandaleuse. 

En 1903 dans sa Dietrich 35 CV, elle participe à la course Paris-Madrid 

Une course qui tourne vite à une effrayante hécatombe, jalonnée de terribles accidents. 

Marcel Renault, pour ne citer que lui, aveuglé par la poussière d’une voiture qui précède la sienne, percute un arbre ; il agonisera deux jours et deux nuits. Camille qui roule dans le peloton de tête, s’arrête pour secourir  un pilote écrasé sous sa voiture, et le sauve d’une mort certaine. Sans cette halte, elle serait arrivée huitième.

Elle est à ce moment la seule femme licenciée à l’Automobile Club de France. Mais alors que le constructeur Benz lui propose de courir sous ses couleurs, le gouvernement français sous prétexte des accidents du Paris-Madrid, interdit à Camille comme à toute autre femme de participer à des courses automobiles. 

Raisons invoquées, je cite : 

L'inexpérience et la nervosité féminine !

Qu’à cela ne tienne, Camille se lance dans le moto-nautisme. 

En mai 1905, elle remporte la course nautique de 500 milles Alger-Toulon

… au cours de laquelle elle est sauvée d’une tempête épouvantable par le croiseur Kléber.

Un drame familial sordide met fin à ses exploits sportifs.

Camille échappe à une tentative d’assassinat chez elle en pleine nuit. Elle réussit à mettre en fuite ses agresseurs, mais l’enquête révèlera que tout a été ourdi par des voyous amis de sa fille… Désormais, Camille du Gast va se consacrer à la défense des créatures et des êtres vulnérables… 

Après la première guerre, elle devient vice-présidente de la Ligue Française du Droit des femmes et se bat pour le droit de vote des femmes aux côtés de suffragistes et notamment de la grande Séverine.

Sensible aussi à la souffrance animale, elle préside la SPA. Entre autres initiatives, avec ses fonds propres, elle modernise et fait agrandir le refuge animalier de Gennevilliers. Elle organise aussi des manifestations retentissantes contre la corrida.

Durant la Seconde Guerre mondiale, à Paris, elle créée et finance des dispensaires qui accueille des orphelins et des filles-mères. Elle quitte définitivement la route en 1942.

Total respect à Camille du Gast !

Camille du Gast - publicité pour un récital de piano (domaine public)
Camille du Gast - publicité pour un récital de piano (domaine public)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.