Aux Jeux olympiques d'été de Paris en 1924, Gertrude Ederle gagne une médaille d'or en tant que membre de l'équipe américaine pour le relais 400 mètres nage libre et des médailles de bronze pour être arrivée troisième aux épreuves de 100 et 400 mètres nage libre. En 1926, elle traverse la Manche à la nage...

Gertrude Eberle, championne olympique à Paris, 1924
Gertrude Eberle, championne olympique à Paris, 1924 © Getty

Gertrude Ederle nait en 1905 à Manhattan, elle est la troisième d’une famille de six enfants d’émigrés allemands. Trudy, c’est ainsi qu’on la surnomme, apprend à nager très tôt et montre précocement des aptitudes exceptionnelles dans ce sport. 

Elle intègre l’Association Américaine de Natation Féminine. Et à partir de l’âge de 14 ans, elle participe à de nombreuses compétitions, enchaînant victoires et records en 100, 200 et 400 mètres. Une précision, à la suite d’une rougeole contractée alors qu’elle était enfant, Gertrude est malentendante.  

En 1924, aux Jeux Olympiques de Paris, en tant que membre de l’équipe des Etats-Unis, elle remporte une médaille d’or en relais 400 mètres nage libre et des médailles de bronze en 100 et 400 mètres nage libre. Favorite dans les trois épreuves, elle en revient pourtant très déçue et considère ces médailles de bronze comme la plus grosse déception de sa carrière. 

Mais Trudy ne se laisse pas abattre, loin de là, et songe à réaliser un exploit spectaculaire. A ce micro, j’avais évoqué le destin exceptionnel d’Annette Kellermann, qui conçu et imposa le maillot une pièce aux Etats Unis, puis dans le monde entier, et j’avais rappelé qu’avant d’inventer la natation synchronisée, Annette Kellermann avait participé à des marathons de natation sur les fleuves européens et en 1905, à 19 ans, avait  tenté la traversée de la Manche à la nage. Tentative qui hélas échoua après 11 heures passées dans une eau à 11 degrés. 

Eh bien cette traversée de la Manche à la nage, il faudra attendre 21 ans pour qu’une femme, en l’occurrence Gertrude Ederle, la réussisse. Dans ce but, elle suit une intense préparation. Ainsi, en 1925, elle nage 21 milles (presque 34 km) en descendant la baie de New York, de Battery Park, pointe sud de Manhattan, à Sandy Hook dans le New Jersey. Cela en7 heures 11 minutes et 30 secondes, battant le record masculin et conservant ce record pendant 81 ans. L'année suivante, partant de la côte française, elle nage vers l’Angleterre, mais à mi-trajet son entraîneur qui l’a vu tousser, la contraint à interrompre sa course. Obstinée, Trudy renvoie cet importun et prend un autre coach. 

Le 6 août 1926, elle remet ça. Ce matin-là, après que sa sœur l’a enduite de saindoux, de lanoline et d’huile d’olive pour la prémunir contre le froid et contre les piqûres de méduse, Trudy s’élance dans les flots au pied du cap Gris-Nez en France. 14 heures 39 minutes et une poignée de secondes plus tard, après avoir affronté une mer agitée et nagé sous une pluie battante, elle met le pied sur la plage de Kingsdown dans le Kent. 

Des centaines de personnes l’applaudissent, d’autant plus fort qu’elle a battu le record de la traversée détenu jusque là par un homme qui avait mis deux heures de plus pour franchir le Channel ! Trudy conservera ce temps record pendant 25 ans jusqu'à ce qu’en 1950, une autre nageuse, Florence Chadwick, effectue la traversée en un peu plus de 13 heures.

A l’issue de cet exploit, Trudy déclare : 

Je savais que cela pouvait se faire, cela devait se faire, et je l’ai fait. 

Son retour aux USA est triomphal. A New York, deux millions de personnes l’accueillent  au cours d’une Ticker-tape parade et elle est reçue par le président Calvin Coolidge qui l’appelle "La meilleure fille de l’Amérique".  Sa popularité lui vaut de jouer son propre rôle dans un film Swim, Girl, Swim. Une chanson immortalise son exploit et son nom est attribué à un pas de danse.

Malheureusement, sa renommée ne durera pas. En 1933, à la suite d’une chute, sa colonne vertébrale est atteinte. Trudy restera alitée pendant plusieurs années.  En 1940, elle perd entièrement l’audition. Par solidarité pour les personnes qui souffrent de ce handicap sensoriel, elle enseigne la natation à des enfants sourds.

A l’âge vénérable de 98 ans, Trudy fait le grand plongeon vers l’au-delà. Elle est inscrite à l'International Swimming Hall of Fame depuis 1965.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.