Marie Marvingt, surnommée à juste titre la fiancée du danger, la reine de l’air, Marie casse-cou, cette femme d’exception va connaître un destin hors norme : pionnière de l'aviation, inventrice, sportive, alpiniste, infirmière et journaliste française !

L'aviatrice Marie Marvingt
L'aviatrice Marie Marvingt © Getty / Bettmann

Pionnière de l’aviation, sportive émérite, alpiniste renommée... Marie Marvingt nait en 1875 à Aurillac. Après la mort de sa mère et de ses frères, son père la laisse s’initier à des sports dont il aurait aimé que ses garçons les pratiquassent, comme la natation, l’escrime, l’équitation et le canoë. 

En 1899, elle est une des premières femmes titulaires du permis de conduire. Au Cirque Rancy, elle s’initie aux arts circassiens : la voici funambule, trapéziste, jongleuse et écuyère. Elle ne néglige pas ses études et obtient une licence de lettres. Elle étudie le droit et les langues vivantes et obtient le diplôme d’infirmière de la Croix Rouge. 

Marie Marvingt n’a besoin que de quatre à cinq heures de sommeil par nuit. En outre elle refuse de se marier et d’avoir des enfants. En 1901, elle obtient son brevet de pilote de ballon libre. Sa passion pour l’aéronautique ne se démentira jamais !

En 1904, elle prend le départ de la course cycliste Nancy –Bordeaux. Les femmes n’étant pas autorisées à porter un pantalon, elle invente alors la jupe-culotte, qui facilite le pédalage ! 

En 1908, elle veut prendre le départ du Tour de France cycliste mais essuie un refus. Cette compétition est interdite aux femmes ! Mais Marie prend le départ quelques minutes après les hommes, effectue le même parcours que les géants de la route ! Sur les 114 coureurs, 36 seulement arriveront… plus Marie ! Alpiniste de classe internationale : elle fait notamment l'ascension de la Dent du Géant et de l'aiguille du Grépon. Entre 1908 et 1910, à Chamonix, elle rafle plus de vingt médailles d'or en ski, patinage artistique, patinage de vitesse, remportant aussi avec Monique Bouvard la première compétition féminine de bobsleigh

Titulaire du brevet de pilote, elle est la 1ère femme à avoir piloté seule un avion. Le 12 décembre 1913, après 900 vols sans histoire, son avion se crashe à l’atterrissage. Marie s’en sort par miracle. Quand éclate la guerre de 14 - 18, elle veut s'engager dans l'aviation : refus de l'armée. Marie se déguise alors en homme et intègre le 42e bataillon de chasseurs à pied. Démasquée, elle est autorisée par le maréchal Foch à rejoindre le 3e régiment des chasseurs alpins en tant qu'infirmière sur le front italien. 

Après la guerre, Marvingt devient journaliste, correspondante de guerre et officier de santé des armées au Maroc. Elle conçoit des skis métalliques pour permettre aux avions de se poser sur le sable. Invention qui sera reprise pour les atterrissages sur la neige.

Elle s'investit ensuite pleinement dans l'aviation sanitaire, met au point un avion ambulance, donne des centaines de conférences sur le sujet, et réalise en 1934 le film Les Ailes qui sauvent où elle apparaît. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle sert en tant qu’infirmière de l'air et invente un nouveau type de suture chirurgicale qui minimise les risques d’infections.

Le 20 février 1955, pour son 80ème anniversaire, le gouvernement américain lui offre un vol à bord d'un chasseur supersonique. A 84 ans, en 1959, elle passe son brevet de pilote d'hélicoptère et pilote le Djinn, premier et seul hélicoptère à réaction du monde. L’année d’après elle effectue à vélo le trajet Nancy - Paris ! 

A ce jour, Marie Marvingt, "la fiancée du danger", demeure la femme la plus décorée de l'histoire de France (34 médailles et décorations). Elle meurt en 1963 dans le dénuement et un relatif oubli. 

Elle aura eu un impact énorme sur l’histoire de l’aviation, sur les femmes dans l’aviation. Les records et les exploits accomplis par les femmes étaient assez peu reconnus à l’époque. Heureusement, des rues, de nombreux établissements scolaires et sportifs, portent aujourd’hui son nom.

Total respect pour Marie Marvingt ! 

📖 LIRE ! Marie Marvingt - A l'aventure du sport de Françoise Baron Boilley, éditions de l'Harmattan, sept. 2013

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.