Journaliste et militante féministe française, fervente républicaine, elle est remarquée par Victor Hugo qui la fait entrer au journal l'Avenir des femmes. Elle s'engage dans le mouvement pour défendre, de manière plus radicale, le droit des femmes et en particulier le droit de vote.

Hubertine AUCLERT
Hubertine AUCLERT © Getty / GettyImages

Hubertine Auclert  est née le 10 avril 1848 dans l’Allier. Son père, républicain convaincu, s’oppose à la prise du pouvoir par le futur Napoléon III, et sa mère s’engage pour la défense des filles-mères, alors mises au ban de la société. A la mort de ses parents, elle est envoyée par son frère dans un couvent où l’attitude bornée des religieuses fait d’elle une anticléricale farouche.  Son indépendance pécuniaire acquise suite à un héritage, la voici à Paris en 1873 où l'avènement de la Troisième République stimule l’activisme de certaines femmes qui veulent corriger le Code Napoléon, qui fait de la femme une mineure à vie et une personne soumise inconditionnellement à son mari.

Hubertine adhère à l'Association pour le droit des femmes (président d’honneur : Victor Hugo) qui devient en 1883 La Société pour le suffrage des Femmes qui prône l’égalité absolue dans tous les domaines entre les hommes et les femmes. Lors de cérémonies de mariage, Hubertine se glisse dans l’assistance avec ses amies et au moment de la lecture par le maire de l’article stipulant que la femme doit "soumission et obéissance à son mari", elle déclenche un chahut monstre.

Alors que ses contemporaines revendiquent surtout l’égalité des droits civils, elle milite aussi en faveur des droits politiques. En 1880, défiant l’interdit, elle passe à l’action en se présentant sur les listes électorales. Refus gouvernemental !  Si l’administration exclut les femmes quand il s’agit de voter, et non quand il s’agit de payer des impôts, Hubertine estime que les femmes ne doivent pas être imposables et elle entame une grève de l’impôt ! 

Avec un siècle d’avance, bien avant les actuelles querelles attisées par les tenants d’un conservatisme linguistique,  elle se bat pour la féminisation de la langue, pour des mots comme, par exemple : _témoin, avocat, électeur, député… "_L’omission du féminin dans le dictionnaire – écrit-elle - contribue, plus qu’on ne le croit, à l’omission du féminin dans le Code civil".

En 1908, à Paris lors des élections municipales, Hubertine brise symboliquement une urne. En avril 1910, avec Marguerite Durand, elle se présente comme candidate aux élections législatives. Candidature rejetée ! Toujours combative, elle appelle alors les femmes à boycotter le recensement, avec cet argument d’une implacable logique : "Si nous ne comptons pas, pourquoi nous compte-t-on ?" 

Hubertine Auclert  meurt le 8 avril 1914 sans voir sa principale revendication satisfaite. Pourtant, grâce à ses nombreuses actions et pétitions, les vendeuses et les ouvrières obtiennent le droit de s’asseoir dans les grands magasins et les ateliers. En 1907, au conseil des prud’hommes, les femmes deviennent électrices puis éligibles. En 1908, les Françaises mariées obtiennent le contrôle de leurs propres salaires. 

Terminons par une citation de Hubertine Auclert :

La féminisation de la langue est urgente, puisque pour exprimer la qualité que quelques droits donnent à la femme, il n’y a pas de mots 

Hubertine Auclert, L’Académie et la langue, Le Radical, 18 avril 1898

Aller plus loin :

Centre Hubertine Auclert 

Le sens de l'info, le féminin 

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.