Franz Bartelt
Franz Bartelt © Radio France / Alexandre Héraud

Franz Bartelt n’y est pas né, mais c’est à quatre ans qu’il les rejoignit, ses Ardennes françaises devenues dès lors son seul terrain d’aventure. Là où, depuis sa plus tendre adolescence, il écrit. Porosité du génie de Rimbaud, né à Charleville-Mézières dans la rue où le jeune Bartelt grandit ? L’auteur, installé depuis 1985 à Nouzonville, ville ouvrière dans la périphérie de Charleville, aussi discret que prolixe, refuserait la comparaison avec le poète, adulé localement.

Aujourd’hui l’écrivain reconnu , ayant quitté l’école à l’âge de 14 ans et qui multiplia les petits boulots et travailla longuement en usine, avant de vivre de sa prolifique plume, est acclamé par la critique, admiré par certains mais inconnu du grand public . Fuyant les salons littéraires parisiens et la presse, il écrit chaque jour, c’est organique.Vital. Il ne les a pas vraiment comptabilisés,mais ce sont presque 140 ouvrages qui sont sortis de sa plume ! Des fictions et des adaptations pour la radio (France Culture), des romans (une quinzaine dans la prestigieuse collection « blanche » de Gallimard), des nouvelles (le Prix Goncourt de la nouvelle en 2005 pour « le Bar des Habitudes »), des polars, des pièces de théâtre et … des livres de balades sur les Ardennes qu’il nous propose de découvrir aujourd’hui.

Avec Simon C, peintre, Stéphane Istace, de l’usine Forge France, Georges son voisin tapissier.

Quelques livres de Franz Bartelt

  • Pleut-il ? , éd. Gallimard

  • Petit Éloge de la Vie de tous les Jours , éd. Folio Gallimard

  • Le Fémur de Rimbaud , éd. Gallimard, 2013
  • Le Bar des Habitudes , Folio Gallimard

  • D'une Ardenne et de l'Autre , Quorum, 1997

  • L’Ardennais avec Jean-Marie Lecomte, Castor et Pollux, 2000

  • Plutôt le Dimanche , Labor, 2004

  • Charleville-Mézières absolument moderne , photographies J.-M. Lecomte et T. Chantegret. Ed. Noires Terres, 2006

  • Massacre en Ardennes avec Alain Bertrand, Labor, 2006
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.