Notre établi du jour, Marin Karmitz a commencé par rêver à la révolte des établis… Ceux des usines. Comme militant et sur grand écran. Mais c’est au cinéma, où il a commencé tout en bas de l’échelle, que sa révolution porte un nom : MK2. Une maison de production puis une salle de cinéma devenue légion. Où l’on peut voir des films à la fois grand public, engagés, et en version originale. Un état d’esprit aussi. Ce sont aussi de vrais lieux de vie, qui ont changé le visage de certains quartiers populaires de Paris. Comme à Stalingrad, où le grand soir du 7e art a gagné du terrain sur les paradis artificiels grâce au MK2 Quai de Seine et Quai de Loire… C’est de ces victoires, et de cette machine à rêves devenue rentable, dont allons parler avec lui. Dans un pays où l’on pense souvent que faire fortune passe forcément par trahir ses utopies…

Marin Karmitz
Marin Karmitz ©
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.