Jean-Didier Vincent a fait ses études dans un collège protestant, où il a surtout appris à détester le dogme et à chercher le chemin du progrès. Neurobiologiste et neurophsychiatre éminent, il explore beaucoup le cerveau et fait marcher le sien pour imaginer des scénarios futuristes. Il a signé de nombreux essais, sur la biologie des passions, la chair et le diable, mais le plus osé porte peut-être sur la transhumanie. Un courant philosophique et scientifique qui croit au moyen d’améliorer l’homme grâce aux nouvelles technologies, notamment les nonotechnologies, des êtres mi-hommes mi-robot. Mais sans perdre son âme, est-possible ? C’est ce que nous avons voulu savoir en allant à sa rencontre. Il nous a reçu chez lui, dans un appartement peint de livre et de couleur vives dans un costume de vrai professeur de science aux cheveux libres… Comme ceux qui se donnent le droit de penser en dehors des sentiers battus.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.