Notre hussarde du jour, Sophie Mazet, mériterait les palmes académiques. Au départ, elle ne devait enseigner que l’anglais au lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen, classé ZEP. Mais elle s’est aperçue que ce dont manquaient le plus ses élèves s’appelait l'«Esprit critique ». Face à l’image, la religion ou Internet. Depuis, une fois par semaine, à la fin des cours, le lycée se transforme en ruche pour son « atelier d’auto-défense intellectuelle ». Un concept emprunté à Noam Chomsky, destiné à muscler leur envie de lire, d’argumenter et de se confronter aux Intellectuels qui défilent volontiers dans leur classe, parfois jusqu’à tard dans la soirée. Et là rien n’est tabou. On y parle racisme, antisémitisme, homophobie, genre, islamisme, laïcité. Quitte à déplaire aux grands frères ou à choquer les camarades les plus croyants… C’est bien simple s’il y avait des ateliers « d’auto-défense » dans tous les lycées, l’école réduirait les inégalités, le vivre-ensemble serait presque sauvé et Alain Finkielkraut serait presque rassuré.

Sophie Mazet au micro de Caroline Fourest
Sophie Mazet au micro de Caroline Fourest © Radio France /

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter Ils changent le monde Voir les autres diffusions de l'émission

Abdul Salam Zaeef

Annick Cojean

Georges Berthoin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.