Notre chercheuse du jour, Marie Mendras , serait encore soviétologue si le Mur de Berlin n’avait pas fini par tomber. Est-il en train de renaître de ses cendres ? Est-ce la nostalgie de la puissante Union soviétique ou un nouveau rêve d’impérialisme eurasiatique ? Les intentions du Kremlin ne sont pas si faciles à déchiffrer. On ne peut rêver meilleure guide que Marie Mendras, chercheuse au CNRS et qui anime l’Observatoire de la Russie au Centre d’Études et de Recherches Internationales.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.