Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg. 1959
Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg. 1959 © Radio France / Raymond Cauchetier, courtesy Polka Galerie

Photographe majeur du cinéma Français, celui de la Nouvelle Vague, Raymond Cauchetier photographe de plateau sur les films de Godard, Chabrol ou Truffaut

Prenons un cliché au hasard, cette photo de Raymond Cauchetier sur laquelle Jean Desailly caresse de ses deux mains le genou de Françoise Dorléac, juste avant de défaire son bas, c'est une photo d'une sensualité torride, un instant qui semble tout droit sorti du film et pourtant dans le film de Truffaut "La peau douce" la scène n'est utilisé que comme un insert. Voilà toute la magie de la photo de plateau, on croit voir le film mais ce n'est que la photo d'un film qui n'existe pas encore, c'est la photo qui au moment du tournage est encore dans la tête du réalisateur et c'est l'image de ce qu'on peut projeter ou imaginer de ce que sera le film. Si personne n'accorde la moindre attention au photographe de plateau pendant le tournage, il faut savoir que les photos des films deviennent avec le temps des objets précieux. La preuve avec les planches contacts de Raymond Cauchetier, devenues la mémoire des films.

Comme l'écrit Marc Vernet, professeur d'études cinématographiques : Raymond Cauchetier nous a offert quelques-unes de ces images qui construisent à la fois notre histoire et notre identité culturelle; Raymond Cauchetier avait le don de la capture, le don de viser juste à la seconde près. Regard vif et rusé, il a réussi à échapper à la photo figée, à la photo posée, il faut dire qu'il a fait ses premières armes en Indochine où il est devenu photographe des armées, puis dans un tout autre genre il fut un concepteur et réalisateur de roman photo pour assurer ses fins de mois. Ces expériences sur le terrain lui ont permis de renouveler la photo de plateau. Ses carnets de notes mêlent les reportages, les photos de travail, celles où apparaissent le réalisateur et les techniciens. Truffaut à côté de la caméra, ou devant sa machine à écrire. Jean Seberg dubitative devant les affirmations de Jean-Luc Godard, Jeanne Moreau libre dans Jules et Jim... des images d'une jeunesse insouciante et heureuse après la guerre, des photos mythiques.

Le Rolleiflex à manivelle pour des photos en noir et blanc qui représentent nos îcones préférées : Jeanne Moreau dans Jules et Jim, la photo de Raymond Cauchetier a été choisie pour devenir l'affiche du film. En France nous sommes très peu à connaître Raymond Cauchetier, contrairement au Vietnam ou au Cambodge où il est considéré comme un très grand photographe pour la totalité de son œuvre, ses photos aériennes en Indochine, ses photos de sculpture romane, ses romans photos et ses photos de cinéma autour de la Nouvelle Vague de 1958 à 1968.

Les liens

Site Image France Editions

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.