Fanon est mort trop jeune en 1961, les évènements ne lui permettant pas de devenir l'ethnopsychiatre et l'écrivain lyrique qu’il aurait pu devenir. La révolution algérienne l’a requis. Passé au FLN en 1957 il devient son ambassadeur en Afrique. Son livre-testament "Les Damnés de la terre" n’a cessé depuis d’inspirer.

Frantz Fanon au côté de M'Hamed Yazid représentant le FLN et l'Algérie en guerre d'indépendance à la conférence Pan Africaine au Palais de la Culture de Léopoldville le 27 août 1960
Frantz Fanon au côté de M'Hamed Yazid représentant le FLN et l'Algérie en guerre d'indépendance à la conférence Pan Africaine au Palais de la Culture de Léopoldville le 27 août 1960 © AFP / UPI

Les événements de son époque ont fait de cet Antillais un Algérien. C'est ainsi qu'il est redevenu un Africain. 

"C'est un homme qui était à la fois, formidablement intelligent, d'une grande culture, il a fait un choix décisif à un moment donné de sa vie. L'équipe du FLN sont venus souvent le requérir pour soigner des gens, etc. Et puis, un jour, il a basculé complètement de leur côté. Il est devenu Algérien". 

De sa jeunesse dans les Antilles, alors qu'il fait son lycée sous le régime vichyste, il passe à la dissidence. Il a déjà un tempérament de meneur d'hommes, il a créé une "bande" avec ses frères et soeurs et s'attaque à d'autres bandes comme eux. Il ne reste pas en place et cherche à tout prix à apprendre, et notamment à passer les classes supérieures. Il doit vivre vite, comme il l'explique à son frère. Il part en 1944 avec les Antillais de la France libre, au Maroc avant d'aller faire la campagne de France. 

Il est frappé au Maroc de la différence faite entre les différentes populations, comme le raconte l'un de ses camarades de combat : "nous sommes, à notre arrivée, littéralement frappés par cette série de différenciation entre les Arabes, les Français d'Algérie et du Maroc, c'est-à-dire les Pieds-Noirs, les Français de France et les Sénégalais. D'une façon générale, on les appelait "Sénégalais" toutes les troupes qui venaient d'Afrique noire. Nous sommes citoyens de la République, mais nous avons la peau noire. D'où une situation véritablement ambiguë".

Quand il revient, il retrouve une Martinique qui lui paraît étroite. Il passe son bac pendant que Césaire est de plus en plus le grand homme de l'île. Il va alors faire le pari de l'émancipation par la départementalisation. Pas de quoi attirer Fanon, qui rêve sans doute d'indépendance... 

Le reste à écouter...

Le site de la Fondation Frantz Fanon

Bibliographie

  • Frantz Fanon Œuvres La Découverte
  • Frantz Fanon Écrits sur l’aliénation et la liberté La Découverte
  • Alice Cherki Frantz Fanon, portrait La Découverte
  • Joby Fanon Frantz Fanon. De la Martinique à l'Algérie et à l'Afrique L'Harmattan
  • Marie-Jeanne Manuellan Sous la dictée de Fanon L'Amourier
  • Frantz Meaney Fanon et l’homme de la CIA Revue Esprit n° 467 -Sept. 2020
  • Frédéric Ciriez et Romain Lamy Frantz Fanon La Découverte
  • Tobie Nathan La société des belles personnes Stock
Franz Fanon
Franz Fanon © AFP
Les invités
L'équipe
  • Jean LebrunProducteur - chef du réseau
  • Audrey RipoullRéalisatrice spécialiste écoutes / communications
  • Franck OlivarAttaché de production - investigateur - collectes de données - tireur d’élite
  • Frédéric MartinAttaché de production - spécialiste informatique - archives - intendance
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.