L e Qatar, associé à plusieurs groupes internationaux, pourrait racheter Le Printemps,dont la vitrine la plus prestigieuse se trouve sur le boulevard Haussmann à Paris.C’est le dernier investissement dont on parle en France.

Qater, Doha, le quartier des affaires
Qater, Doha, le quartier des affaires © Radio France / Mariam El Kurdi / Mariam El Kurdi

Le petit Etat du Golfe a fait depuis quelques années une entrée fracassante dans le monde des affaires, en France en particulier : faut-il rappeler le rachat du club de Football le Paris-Saint-Germain ? Le Qatar est entré au capital du groupe media Lagardère, chez Vivendi, chez Véolia, Total…

Mais c’est aussi le berceau du géant télévisuel Al Jazeera.

Et en 2022 le pays sera l’hôte de la coupe du monde de football.

Ce dynamisme exceptionnel fondé sur les revenus du gaz n’est pas sans inquiéter : en France, des parlementaires de l’opposition réclament une commission d’enquête sur les investissements qatariens dans l’hexagone.

Mais le Qatar ne fait pas que s’exporter.

Il importe aussi.

Le développement vertigineux de ce petit pays de moins de deux millions d’habitants crée un gigantesque appel d’air en termes d’emploi : on vient du monde entier pour trouver un travail, et un salaire à Doha. Aujourd’hui, 8 personnes sur 10 résidant dans le pays sont des étrangers. C’est un record du monde.

Mais un gouffre sépare le sort du cadre supérieur venu s’installer pour quelques années dans des tours climatisées et les ouvriers-esclaves originaires notamment du sous-continent indien.

Un reportage de Mariam El Kurdi

Les liens

Site sur les règles et conditions pour travailler au Qatar

« Vivre au Qatar », le site des expatriés francophones au Qatar

La France au Qatar, site de l’ambassade de France à Doha

« A quoi joue le Qatar ? »

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.