Flint, Michigan, est la ville natale du documentariste Mickael Moore. Une ville qui a connu la grandeur et une décadence qui n'en finit plus.

En 2015, l'eau de la ville a contaminé les habitants de Flint. Trois ans plus tard, tous n'ont pas accès à l'eau potable. Ici, distribution par des bénévoles d'une église.
En 2015, l'eau de la ville a contaminé les habitants de Flint. Trois ans plus tard, tous n'ont pas accès à l'eau potable. Ici, distribution par des bénévoles d'une église. © Radio France / Grégory Philipps

L'interminable déclin de Flint remonte aux années 1980, quand General Motors ferme une à une la trentaine d'usines installées dans le secteur. C’est pourtant ici que le constructeur automobile a vu le jour, c’était au début du XXe siècle. Certes il a déménagé ensuite chez la grande sœur de Détroit, mais Flint a longtemps vécu pour et grâce à l’automobile. Jusqu'à ce coup de frein, il y a une trentaine d’années. C'est le début de la dégringolade, General Motors faisait alors vivre 80 000 ouvriers. Aujourd'hui ils sont seulement 3 300…. 

Flint est depuis une petite ville à l’échelle américaine, 100 000 habitants, minée par l’insécurité, par la pauvreté, exacerbée depuis la crise des subprimes il y a 10 ans. Flint est un concentré des difficultés de l’Amérique, mais aussi de ses espoirs actuels. Le taux de chômage est historiquement bas, quasiment tous les indicateurs économiques sont au vert dans l’Amérique de Trump. 

Ce mardi 6 novembre, le pays va voter pour les élections de mi-mandat (l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants est renouvelé, ainsi qu’un tiers des 100 sièges du Sénat américain). Beaucoup voient ce scrutin comme un référendum pour ou contre l’administration actuelle… 

Dans la litanie des malédictions de Flint, il y a également l’un des pires scandales sanitaires que les Etats-Unis aient connu. L’eau qui alimentait la ville était contaminée, chargée de plomb. Elle a empoisonné des dizaines de milliers d’habitants. En pleine crise financière, la ville décide - pour économiser - de puiser l’eau dans la rivière polluée de la ville. Aujourd’hui encore, trois ans après, des milliers d’habitants n’ont pas accès à l’eau potable. D’autres sont malades

  • Gregory Philips, le correspondant de France inter aux Etats-Unis, nous conduit à Flint pour un voyage en terre pas tout à fait perdue, tant le rêve de renouveau est fort dans cette ville du Michigan : "Make Flint great again" !

Mixage : Julien Michel

POUR ALLER PLUS LOIN :

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.