Interception va cette semaine en Colombie, le pays où il y a le plus de prises d'otages au monde. La guérilla communiste des FARC détient actuellement 800 civils, 47 officiers de l'armée, et 21 politiques, dont Ingrid Betancourt. La franco-colombienne avait raconté sa lutte contre la corruption dans un livre à succès. Mais depuis 16 mois elle est prisonnière. A Bogota, juste avant Noël, Philippe Reltien avait accompagné la mère d'Ingrid Betancourt dans ses démarches douloureuses pour essayer de faire libérer sa fille. Six mois plus tard, les négociations pour un éventuel échange de prisonniers entre le pouvoir et la guérilla sont toujours bloquées. Au-delà de cet exemple, Interception a voulu donner la parole aux anonymes qui souffrent de la recrudescence de la violence : des civils, des familles d'otages ou de prisonniers, broyés par une guerre sans nom.La Rage au coeur Ingrid Betancourt Pocket, 2002 La Vierge des tueurs Fernando Vallejo Belfond, 2000 Las Ninez y sus derechos édité par l'Unicef Bulletin n°8, dec 2002, Bogota Calle de El Cartucho : Cronicas para el mas alla Edité par la mairie de Bogota Document en Espagnol, 2002 : le quart monde au coeur de la capitale ColombienneTanbov, le goulag des frantsouzi.

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.