Népal, la difficile reconstruction
Népal, la difficile reconstruction © Solenne Le Hen

Quatre mois après les séismes des 25 avril et 12 mai derniers qui ont fait près de 9.000 morts, alors que l’aide d’urgence se tarit et que les caméras des médias internationaux ne sont plus là, le Népal peine à se reconstruire. Katmandou, la capitale, a été relativement épargnée, mis à part les temples de Durbar Square, haut lieu du tourisme.

Mais dans les régions plus isolées, où près de 90% des habitations ont par endroits été détruites, la reconstruction n’a même pas commencé. Les populations ont dû affronter ces derniers mois les pluies torrentielles de la mousson dans des abris de fortune. Le travail dans les champs n’a pas pu reprendre et l’hiver arrive, très rigoureux dans ces régions de haute montagne. Les ONG craignent les possibles épidémies.

Les Népalais, eux, font face à cette situation avec grand courage et fatalisme. Certains, après avoir perdu des proches et tout ce qu’ils possédaient, souffrent de syndromes post-traumatiques. Il faudra sans doute des années pour que le pays, l’un des plus pauvres du monde, se remette complètement de cette catastrophe naturelle.

Reportage de Solènne Le Hen - Mixage : Valérie Lavallart

Réalisation d’Anne Lhioreau, assistée de Stéphane Cosme

Les liens

Sur Asialyst, article de Stéphane Huët de juin 2015, « Dans l’ombre de Katmandou »

Sur le blog Khumbu Shangrila d’actualités népalaises, article de fin août 2015 « Comment le Népal essaie de relancer son activit

Sur le site de TV5Monde, article de juin 2015 « Népal, le défi de la reconstruction »

Sur le site de la Fondation de France, l’action « Solidarité Népal »

Sur le site de l’UNICEF, la réponse d’urgence aux enfants du Népal trois mois après le séisme

Sur le site de MSF, dossier multimédia « Séisme au Népal »

Sur YouTube, vidéos sur les séismes au Népal et la reconstruction de ce pays

Association humanitaire, CARE France est une ONG de solidarité internationale

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.