I l y a 20 ans, l’actualité vivait au rythme des obus serbes qui s’abattaient jour après jour en Bosnie sur Sarajevo assiégée.

Reporter de guerre à Sarajevo
Reporter de guerre à Sarajevo © Radio France / E. Marti

Demain s’ouvriront pour une semaine à Bayeux les 19emes Rencontres du Prix Bayeux-Calvados des Correspondants de guerre . En partenariat avec les organisateurs de cet évènement annuel, l’équipe d’Interception a retrouvé dans la ville-symbole de la résistance bosniaque quelques-uns des reporters qui nous ont fait vivre à partir du printemps 1992 le calvaire des habitants de Sarajevo.

Trois ans et demi durant, ces journalistes souvent très jeunes, parfois débutants, ont partagé le quotidien des Sarajéviens. Comme eux, ils ont risqué leur vie au fil des mois. Eric Biegala a été l’un de ces reporters. Il a été le correspondant de Radio France dans la ville en état de siège.

Au cours du printemps dernier, il a retrouvé dans la capitale de la Bosnie indépendante ceux qui, comme lui, ont décidé il y a 20 ans de quitter une existence en paix pour être les témoins d’un conflit armé au sein même du continent européen.

D’avril 1992 à décembre 1995, le bombardement incessant de Sarajevo par l’artillerie serbe et la précision assassine des snipers auraient fait 10.000 morts ; les balles et les obus du général Mladic n’ont évidemment pas épargné les correspondants de guerre. La paix venue, certains des survivants ont subi un autre combat : un combat contre la névrose traumatique .

En vidéo

J ean-Paul Ney, grand reporter et ancien otage revient sur le "Stress post-traumatique", qui arrive aux reporters de guerre lors de leur retour.

V ietnam combat reporter Rod Williams talks to his daughters about the conflict in an audio & video electronic letter. Rod Williams was inducted into the Broadcasters Hall Of Fame October 4th 2000

VIETNAM MOMENTS WSAI CINCINNATI
VIETNAM MOMENTS WSAI CINCINNATI © Rod Williams /

Les liens

Les rencontres Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, du 8 au 14 octobre 2012 Depuis 1994, la ville de Bayeux, associée au Conseil général du Calvados, organise ce prix destiné à rendre hommage aux journalistes qui exercent leur métier dans des conditions périlleuses pour nous permettre d’accéder à une information libre.

Reporters Sans Frontières ONG reconnue d'utilité publique, RSF défend la liberté d'informer et d'être informé partout dans le monde. L’association  publie tous les ans un baromètre de la liberté de la presse, alerte les média sur les atteintes à la liberté d’informer partout dans le monde, agit contre la cyber-censure, soutient et protège les journalistes en difficulté, par exemple dans leurs démarches pour obtenir l’exil…

Committee to Protect Journalists 45 journalistes tués en 2012, 940 depuis 1992… Ce comité international, fondé en 1981 par un groupe de correspondants américains, veut promouvoir la liberté d’informer et lutte contre l’impunité des crimes contre les journalistes.

Le Newseum à Washington Expositions permanentes et temporaires sur la société de l’information, ses métiers, la déontologie et le quotidien des journalistes… 

Métier : reporter de guerre, une autre vérité Carnet en poche, caméra au bras ou micro en main, ils veillent à informer le monde depuis les zones de conflits. Les reporters de guerre, G.I's de l'information ? Zoom sur un métier de passion, sur le site Evene.fr.

Le correspondant de guerre n'est pas un héros Les journalistes qui travaillent dans les zones en guerre sont certes courageux et risquent leur vie pour témoigner. Mais quelles sont les vraies victimes dans un conflit ? interroge Robert Fisk, grand reporter et lui-même correspondant de guerre. Article de The Independant, en français dans Courrier International du 5 mars 2012.

War Photographer Le site du documentaire de Christian Frei, sorti en 2002, qui dresse le portrait de James Nachtwey, le photographe de guerre le plus célèbre de notre époque. Synopsis, protagonistes, générique, galerie photo et trailer.

Le site de James Nachtwey Le célèbre photographe de guerre, ayant travaillé notamment pour Magnum, Time Magazine et qui a fondé sa propre agence photo, VII. Depuis plus de 30 ans, il couvre les principales zones de conflits aux quatre coins du monde (Irlande du Nord, El Salvador, Guatemala, Nicaragua, Kurdistan, Bosnie, Somalie, Rwanda, Kosovo, conflit du Proche Orient, Liban, Afrique du Sud, Sri Lanka, Tchétchénie, Afghanistan, Soudan…).

Journalistes et correspondants de guerre : statut en cas de conflit Rapport d'information de mars 2006 déposé par la commission des affaires étrangères en conclusion des travaux d'une mission d'information constituée le 3 mars 2004 sur le statut des journalistes et correspondants de guerre en cas de conflit composée de MM. Pierre Lellouche et François Loncle.

Le métier de journaliste devient de plus en plus dangereux « Incorporés » mais pas à l’abri du danger : à guerre éclair transmission éclair de l’information avec, parfois, des accidents et des décès. Lee Woodyear, journaliste « freelance » et ancienne préposée aux droits de l’homme à la Fédération internationale des journalistes, explique que diffuser l’actualité jusque dans les salons et sur les écrans d’ordinateur est aujourd’hui devenu un métier dangereux et décrit les mesures prises par certaines organisations pour protéger ceux qui l’exercent. Un article du magazine Travail en juin 2003, sur le site d l’Organisation Internationale du Travail.

Protection des journalistes et des médias en période de conflit armé Par Alexandre Balguy-Gallois en mars 2004 pour la revue du CICR (Comité International de la Croix Rouge).

Guide de survie pour les journalistes Un guide complet pour les journalistes en environnement hostile, contexte de guerre ou de conflit, publié en 2005 par la Fédération Internationale des Journalistes.

Correspondants de guerre : « Nous savons que nous pouvons ne pas revenir » Dix-huit journalistes ont perdu la vie dans des zones de conflits en 2011, et 151 ont été emprisonnés parce qu'ils faisaient leur travail. La veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse du 3 mai 2011, les commissions parlementaires des droits de l'homme et des affaires étrangères ont invité une correspondante de guerre, Anne Nivat, pour parler de la protection des journalistes. Chiffres, vidéo des débats, associations, soutien à la démocratie : les actions concrètes de l’UE…

Les invités

Les références

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.