En mai dernier, Perpignan s’était enflammée : deux meurtres avaient dégénéré en conflit communautaire entre Gitans et Maghrébins. Interception a choisi de donner la parole, dimanche, aux gitans de la cité catalane. Elisabeth Badinier a rencontré des gens pauvres et chaleureux, qui ne se livrent pas facilement. Des femmes racontent leur vie, sans tabous - les gamins difficiles à élever, les maris qui les frappent, la peur du racisme. Des hommes espèrent que leurs enfants, contrairement à eux, iront à l’école et sortiront de la misère. Dans le quartier Saint-Jacques, deux tiers des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Une image leur colle à la peau : après avoir été voleurs de poules, ils sont aujourd’hui voleurs d’allocations, d’aides sociales. Les gitans font partie de Perpignan, ils y sont installés depuis le XVème siècle. Tous sont traumatisés par le souvenir des scènes d’émeutes et de violence, dans leur ville en état de siège.

liens

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.