O n les désigne sous des expressions aussi mystérieuses que Coupeurs de feu , Panseurs de secrets , Suceurs de plaies … On leur reconnaît des compétences inexplicables pour soulager les douleurs, soigner les brûlures, neutraliser un zona ou un eczéma. Depuis la nuit des temps, ceux qu’on appelle communément les guérisseurs sont parmi nous : deux Français sur trois auraient déjà fait appel à eux au moins une fois au cours de leur existence.

Guérisseur
Guérisseur © Stockvault

Alors évidemment, parmi ces gens auxquels on prête volontiers un « don » , on trouve quantité de charlatans attirés par l’argent ou par la volonté de s’ériger en gourous. Quel que soit le nom qu’ils choisissent pour se définir, beaucoup de guérisseurs (qui le sont parfois sans l’avoir voulu) soignent en toute bonne foi. Ceux-là exercent fréquemment une pratique transmise de génération en génération ; ils ont - en quelque sorte - été « choisis » par un aïeul qui leur a passé son pouvoir.

Dans la France du XXIe siècle, on aurait pu croire révolu le temps des guérisseurs. Mais non. Ils sont toujours là, près de nous, par centaines ou par milliers… Parents, voisins, collègues, amis ou anonymes… Souvent prêts à servir sans être rétribués. Ils sont là… Et même, ils suscitent à présent l’intérêt de médecins qui n’hésitent pas dans certains cas à s’assurer leur collaboration, à reconnaître implicitement leurs mystérieux talents.

Les liens

Pourquoi la pseudo-médecine semble-t-elle marcher ?

Les pseudo-médecines, pourquoi pareil succès ?

Qu’est-ce qu’un rebouteux ?

Le site de Jean-Luc Bartoli

Comment agit un guérisseur ?

Méfiez-vous des traitements "alternatifs"

Les nouveaux guérisseurs, au-delà du secret

S'en remettre aux rebouteux ?

Groupement national pour l'organisation des médecines alternatives (Gnoma)

Les guérisseurs. La foi, la science !

Magnétiseur : les dessous d'une séance

L'étiopathe, nouveau rebouteux

Les rebouteux ne veulent plus rebuter

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.