photo1
photo1 © Gilles Gallinaro

Le 11 mars dernier le Japon a vécu l’une de ses plus grandes catastrophes depuis la seconde guerre mondiale : Plus de 14 000 morts, autant de disparus, balayés par un gigantesque tsunami dans le nord-est du pays. Mais en fait, c’est une catastrophe à plusieurs étages qui s’est abattue sur le pays : car la nature a aussi frappé une centrale nucléaire : celle de Fukushima. Les populations habitant dans un rayon de 20 km autour du site ont été évacuées. Et depuis, le Japon se demande comment on a pu construire une installation aussi sensible dans un site aussi exposé. Et au-delà de Fukushima, comment le pays peut dépendre à ce point d’une cinquantaine de réacteurs nucléaires, dont beaucoup sont construits – géographie oblige – dans des lieux à forte activité sismique. Jusqu’au 11 mars, les Japonais ne se posaient guère de questions sur ces choix énergétiques. Depuis, ils sont nombreux à les exprimer ouvertement. De Tokyo où l’on manifeste désormais dans la rue, à Hiroshima, où les survivants de la bombe demandent l’abandon du nucléaire sous toutes ses formes, voyage dans un pays pris par le doute, avec Delphine Gotchaux et Philippe Reltien. Une émission présentée par Pascal Dervieux.

Les liens

Le quotidien japonais Yomiuri Shimbun Yomiuri Shimbun (読売新聞) est un journal japonais, plutôt de droite, à tendance protectionniste, vendu à plus de 10,1 millions d'exemplaires chaque jour (13,870 millions en moyenne journalière entre juillet et décembre 2007),

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.