L’électricité nous paraît si banale et quotidienne que l'on reste étourdi devant les statistiques qui nous viennent d’Afrique.

Deux tiers des habitants du continent, soit 600 millions de personnes, n’ont pas le courant dans leur foyer.

Le soir, ces familles vivent à la bougie, avec des lampes. Les villages ne sont pas éclairés, les places sont plongées dans une obscurité empêchant toute vie sociale et économique locale.

A l’échelle d’un pays, être plongé dans le noir - une fois la nuit tombée – c’est évidemment un frein à la croissance.

La situation semble anachronique, d’autant que ces dernières années, l’accès au courant ne se résume pas à la construction pharaonique de centrales électriques, et de réseaux filaires interminables. Aujourd’hui, des solutions plus légères existent, dont une qui s’apparente à l’évidence en Afrique : l’énergie solaire.

Interception a choisi le Sénégal, où plus de la moitié de la population n’a pas l’électricité, 70% dans les zones rurales. Notre équipe s’est rendue en Casamance, région dont on parle parfois pour son instabilité sécuritaire. L’accès à l’électricité est un enjeu de développement majeur dans cette zone où les habitants vivent de l’agriculture et l’élevage.

« Casamance, le temple du solaire », c’est un reportage de Béatrice Dugué et Jean-Marie Porcher

Les liens

L’énergie solaire dynamise les petites entreprises féminines au Mali

Le solaire favorise la création de "chaînes de valeurs régionales" en Afrique du Nord

Les solutions hors-réseau : l’avenir de l’énergie en Afrique

Renouveau énergétique africain : du solaire aux envies nucléaires

« Infographies : quels sont les pays africains qui peuvent produire le plus d’énergies vertes ?

Développer les énergies renouvelables : un impératif pour le continent africain

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.