[scald=11129:sdl_editor_representation] Il n’y a pas forcément besoin de franchir le boulevard périphérique à Paris pour rencontrer quelques uns des problèmes qu’on attribue habituellement aux quartiers de banlieue. Il y a un peu plus de 6 mois maintenant, le XIXème arrondissement de Paris a été le théâtre d’une série de violences qui ont fait un mort et plusieurs blessés. Au cœur de ces faits divers, la résidence Edmond Michelet, plus connue sous le nom de Curial Cambrai, un ensemble de tours à la périphérie de la ville. Cette cité s’est retrouvée soudainement projetée sur le devant de la scène médiatique. Des élus, et même un ministre, ont parlé d’agression antisémite, de règlements de comptes entre bandes, de trafic de stupéfiants. Une image liée à des violences bien réelles mais qui ne rend pas forcément compte du quotidien des habitants de cette cité. Un tiers d’entre eux ont moins de 25 ans, près d’un cinquième sont au chômage, selon des chiffres datant de 2004, et les familles monoparentales ou de plus de trois enfants y sont surreprésentées. C’est un des quartiers les plus pauvres de Paris. Magalie Lacombe est retournée à la cité Curial Cambrai, une fois l’effervescence médiatique retombée, pour recueillir les réflexions des habitants, des jeunes ou des éducateurs sur leur quotidien dans ce quartier parisien. ### liens

Article paru dans Metro le 16/09/08.

Le 19e arrondissement, terre de règlements de compte, pas d'antisémitisme.### Paris 19e : conflits territoriaux et économiques

Le 19e arro

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.