« Violences policières ». Pour le gouvernement, l’expression est taboue. Et la prononcer entraîne l’habituelle réplique sur la violence inédite des manifestations de ces deux dernières années (loi travail et plus récemment, Gilets jaunes).

Des policiers face à des gilets jaunes à Paris
Des policiers face à des gilets jaunes à Paris © AFP / Michel Stoupak

Selon un décompte de l’Agence France Presse, 24 personnes ont perdu l’usage d’un œil l’année dernière, en raison de l’utilisation des lanceurs de balles de défense (les désormais célèbres et très controversés LBD) par des membres des forces de l’ordre.

Hors manifestation, l’intervention même des forces de l’ordre est mise en cause dans la mort de deux personnes, Steve Maïa Caniço à Nantes et Cédric Chouviat à Paris.

L’été dernier, un sondage de l’IFOP révélait que 50% des Français seulement faisaient encore confiance à la police. On est loin de la gigantesque manifestation du 11 janvier 2015, après les attentats de Charlie hebdo, de Montrouge et de l’Hypercacher de la porte de Vincennes, quand policiers et manifestants fraternisaient devant les caméras du monde entier.

Depuis, sont passés de longs mois de mobilisation intense pour des policiers sur le front de la vigilance anti-terroriste et depuis novembre 2018, de l ‘encadrement des manifestations de gilets jaunes

Si le ministre de l’Intérieur réfute l’appellation « violences policières », il  va tout de même présenter dans les prochaines semaines son « Schéma national du maintien de l’ordre », comme s’il y avait bel et bien un « avant » et un « après » manifestations des Gilets jaunes. Un schéma très attendu, où il sera question de doctrine et de technique de maintien de l’ordre, mais où on ne s’attend pas à la mise au rancart du LBD.

Les victimes réclament réparation ; et les policiers rechignent à s’exprimer. Leurs organisations syndicales se retranchent derrière un discours assez convenu et dénoncent la violence des manifestants et l’état de fatigue de fonctionnaires sur la brèche depuis maintenant 5 ans.

Au-delà des situations de crise engendrées par des manifestations parfois violentes, il existe une véritable interrogation sur les techniques d’interpellation « à la française ». 

Ainsi, c’est au cours d’un simple contrôle routier que Cédric Chouviat, un livreur de 42 ans, a trouvé la mort à Paris en janvier dernier. Pour  l‘interpeller, les policiers avaient utilisé la technique d’immobilisation dite du « plaquage ventral », interdite dans certains pays comparables au nôtre. Une vidéo amateur de l’interpellation a permis l’ouverture d’une enquête.

« Police, l’inévitable remise en question », c’est un reportage de Géraldine Hallot, avec Raymond Albouy et Marc Garvenes à la prise de son.
Réalisation : Violaine Ballet, assistée de Martine Meyssonnier.
Mixage : Manuel Couturier. Documentation : Sabine Bonamy.

Pour aller plus loin

Nous vous proposons trois interviews supplémentaires au micro de Géraldine Hallot pour éclairer encore un peu plus ce sujet:
- L'interview de Jean-Marc Berlière, historien spécialiste de la police, professeur émérite à l'université de Bourgogne. Il explique que dans le passé, il y a déjà eu des périodes de grandes tensions entre la police et la population.

8 min

Jean-Marc Berlière, historien de la police

Par Géraldine Hallot

- L'interview d'Abdoulaye Kanté, policier très actif sur Twitter où il s'exprime, fait rare, sous sa véritable identité. Il n'excuse pas le comportement de certains de ses collègues, mais le "contextualise".

4 min

Abdoulaye Kanté, policier

Par Géraldine Hallot

- L'interview d'Arié Alimi, avocat de Doria Chouviat, la veuve de Cédric Chouviat, interviewée dans le reportage. Arié Alimi défend aussi de nombreux gilets jaunes blessés.

6 min

Arié Alimi est l'avocat de Doria Chouviat

Par Géraldine Hallot
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.