Zéro pointé, Désagrément, Il a l’R bon mais ! … Voilà ce qu’on peut lire sur certaines étiquettes de vin, là où auraient dû apparaître « Rosé d’Anjou » ou « Riesling ». Ces vins ont un point commun : ils ont tous été déclassés en 2005 par leurs appellations. Réduits au rang de simples vins de table. Et pourtant, ils sont bons ! Ce sont des vins authentiques, produits par des vignerons adeptes des méthodes traditionnelles : pas d’engrais ou de désherbants dans les vignes. Peu ou pas de chimie dans les caves, et le moins possible de soufre. Résultat : on les juge trop originaux pour recevoir l’appellation. Avec des prix en baisse, une surproduction de vins de moyenne qualité, la concurrence féroce des vins du nouveau monde, la filière viticole souffre. Ces vignerons sont minoritaires, mais ils possèdent peut-être une part de la réponse à cette crise du vignoble français. Un reportage de Julien Fleury.

liens

Le site de l'office national interprofessionel des vins

Sur le site de France 2

Un article sur la refonte des AOC.### Sur le site de l'express

La folie des vins bio. Encore minoritaire, le vignoble biologique suscite pourtant un engouement croissant et remet en question l'ensemble du marché du vin. Une voie d'avenir ?###

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.