Scénario catastrophe ? Ou réalité trop angoissante pour être acceptée ? La théorie sur la fin de notre monde industriel porte un nom : la collapsologie.

Sydney sur fond d'incendie
Sydney sur fond d'incendie © Getty / Andrew Merry

Pour les partisans de l’effondrement, la question n'est pas de savoir si notre monde va s'écrouler, mais quand cela va se produire. Pour eux, le point de non-retour est déjà atteint : 6ème extinction animale de masse, records de températures, un tiers des terres dégradées.

Mais au-delà de ces prévisions alarmistes, les collapsologues veulent préparer un autre monde, une société plus raisonnée.

En France, la collapsologie a pris une ampleur importante avec le succès de l’ouvrage de Pablo Servigne, agronome de formation, devenu le porte-voix de partisans de cette théorie. Aujourd'hui, elle dépasse le seul cercle des initiés, au point d’être au cœur d’une série diffusée sur Canal Plus. 

Ce n’est pas une science à proprement parler, mais une théorie étayée par des données scientifiques diverses : climatologiques, biologiques, géologiques. Elle fait encore débat mais ceux qui l’ont adoptée, ont changé leur vie, à la campagne, souvent près d'une source d'eau, pour être autosuffisants.

Matthieu Mondoloni a suivi ces Français qui ont fait ce choix, de construire une nouvelle vie, loin de la ville, de la consommation à outrance. Ils (se) dessinent un nouvel avenir. 

Prise de son : Sandrine Malon

Réalisation : Violaine Ballet, assistée de Martine Meysonnier

Mixage : Bruno Mourlan

Pour aller plus loin

Programmation musicale

  • IMAGHO & MOCKE Angel                                                  
  • FREDRIKA STAHL Demain / Secret garden               
  • FREDRIKA STAHL Demain / Planting children 
  • ERIC SATIE Descriptions automatiques sur un vaisseau 
  • JAIS Infinie Expansion                                       
  • ELECTRIC YOUTH Breathing / New things                         
  • KIMYA DAWSON My rollercoaster                                               
  • RIVAL CONSOLES I think so  
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.