Interception vous propose cette semaine un reportage sur les conséquences au sein des lycées classés ZEP de la «démocratisation » de Sciences-Po. IL y a 18 mois, la prestigieuse école de la rue Saint Guillaume à Paris avait fait couler beaucoup d’encre en ouvrant ses portes à 17 élèves issus des Zones d’Education Prioritaire, des élèves exemptés du difficile concours écrit et recrutés sur dossier et concours oral. Aujourd’hui, non seulement leur intégration est réussie - 15 d’entre-eux sont passés en seconde année - mais en plus,leur exemple a créé une véritable dynamique dans leurs lycées d’origine : le pourcentage de réussite au bac est meilleur, et nombreux sont les élèves aux résultats auparavant modestes qui se sont mis à travailler dans la perspective de suivre de hautes études ! Marie-Christine Le Dû s’est rendu dans quelques uns des 16 lycées de Moselle et d’Ile de France qui ont signé une convention avec Sciences-Po. Elle a rencontré Hichem qui se dit motivé et qui regrette les années de lacunes accumulées, Barbara une élève brillante qui croyait que « c’était réservé à l’élite », et Bokar un recalé, qui a décidé coûte que coûte de s’accrocher. L’année dernière 33 nouveaux élèves issus des ZEP ont intégré Sciences-Po, ils seront 300 à la rentrée prochaine à tenter leur chance.Bien préparer Sciences-Po Eric Lescombes, Fabrice Bourasseau Jeunes Editions, 2001. Réussir à Sciences-Po Marie-Françoise Blain Les guides de l'étudiant, 2002, (réédité chaque année).

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.