Le 26 avril 1986, en Union Soviétique, une explosion secouait la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl. Quelques jours plus tard, les 2 et 4 mai, le détecteur de radioactivité des pompiers corses d’Ajaccio se déclenchait. Après avoir débranché et saisi cette balise afin de l’examiner, les services préfectoraux de l’île concluaient à un dysfonctionnement… A l’époque, les autorités politiques et scientifiques de France écartaient tout danger pour la population. On le répétait aux Français : ils n’avaient rien à craindre des particules radioactives du nuage de Tchernobyl dont l’ombre s’étendait dans le ciel européen depuis le jour de l’accident. On ne leur donnait aucune consigne d’ordre alimentaire. On ne les invitait pas au confinement.

Baie d'Ajaccio
Baie d'Ajaccio © Radio France / Emmanuel Leclere

Vingt-cinq ans après les faits, il n’est pas rare de croiser en Corse des femmes et des hommes dont le cou présente une large cicatrice. C’est le signe distinctif de ceux qui ont subi l’ablation de la thyroïde.

Quand le nuage empoisonné de la centrale nucléaire ukrainienne est passé au-dessus de leur tête, il a déposé ses poussières à la surface des sols sous l’effet brumisateur d’une pluie fine. Une bruine enveloppait l’île. La radioactivité a pu ainsi se déposer sur les végétaux consommés par les vaches, les brebis et les chèvres. Le lait a été contaminé : les prélèvements réalisés en mai 86 par un médecin de campagne de Balagne en apportent la preuve. Après en avoir révélé les résultats alarmants, le docteur Fauconnier a subi une intense campagne de dénigrement.

Aujourd’hui à la retraite, ce praticien généraliste se bat toujours pour établir le lien entre la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et le développement des pathologies thyroïdiennes en Corse. Il est suivi à présent par la Collectivité Territoriale de l’Ile de Beauté dont les élus ont décidé l’ouverture d’une enquête épidémiologique. Les conclusions de cette étude permettront peut-être de savoir bientôt si les dirigeants français de 1986 ont menti à leurs compatriotes et si -par voie de conséquence- des milliers d’insulaires corses souffrent depuis 25 ans dans leur chair à cause d’un mensonge d’Etat.

Corse : un nuage en travers de la gorge ; un reportage d'Emmanuel Leclère

à voir

Corse : le mensonge radioactif

un film d'Eliane Parigi et Jean-Charles Chatard

à (re)voir

en savoir plus

Dossier "Corse, après le nuage"
Dossier "Corse, après le nuage" © Radio France /

Les liens

La catastrophe de Tchernobyl Blog de Denis Fauconnier, consacré aux conséquences sanitaires en Corse du nuage de Tchernobyl.

Contamination des sols français par les retombées de l'accident de Tchernobyl Documents et cartes dans le dossier de la Criirad, Commission de recherche et d'Information indépendantes sur la radioactivité.

L’Association française des malades de la thyroïde L’association se pourvoit en cassation suite au non-lieu du 7 septembre dernier et appelle tous les présidentiables à se prononcer sur la suite ou non du procès.

Mensonges d’Etat sur le nuage de Tchernobyl Dans ce dossier du site d’information sur le nucléaire Dissident media, plusieurs articles de presse sur la contamination radioactive constatée en Corse.

Une enquête épidémiologique en Corse Article d’A.-C. Chabanon dans Corse Matin (15 septembre 2011).

Accident de Tchernobyl : L’exposition des personnes en France Sur le site de l’IRSN, Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire, héritier du SCPRI dirigé en 1986 par le Pr. Pellerin.

La CRIRRAD Le site de la Commission de  Recherche et d'Information  Indépendantes sur la RadioactivitéUne association à but non lucratif née au lendemain de l'accident de Tchernobyl, qui défend le droit à l’information sur la radioactivité et le nucléaire et le droit à la protection contre les dangers des rayonnements ionisants

Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=