La rose, celle qu’on offre à la Saint-Valentin est une grande voyageuse. Près des deux tiers des roses vendues en France viennent désormais de l’étranger, du Kenya ou d’Ethiopie le plus souvent, après un long voyage avec escale aux Pays-Bas.

Des roses du bout du monde pour la Saint-Valentin en Europe
Des roses du bout du monde pour la Saint-Valentin en Europe © Getty

La fête des amoureux est aussi dans une large mesure celle des fleuristes. Cette semaine de Saint-Valentin est pour eux la meilleure de l’année en terme de chiffre d’affaires, devant celle de la fête des mères et celle… du 8-Mars, journée internationale des droits des femmes !

Le problème pour les amoureux européens, c’est que les roses, ça ne pousse pas chez nous en hiver. D’où la nécessité de recourir à des productions de contre-saison. Et derrière la rose achetée chez le fleuriste, il y a aujourd'hui une véritable industrie. Le marché annuel des roses, c’est pratiquement 4 milliards de dollars. Le prix à payer pour avoir des roses toute l’année.

Outre une empreinte carbone plutôt coûteuse, la rose de la Saint-Valentin vient donc le plus souvent d’une région où les ressources hydrauliques peuvent être menacées et où les pesticides ont contaminé les sols, via des serres éclairées parfois jour et nuit. Tout ça avant d’arriver chez un fleuriste européen.

Des millions d'euros investis dans la rosiculture

Des millions d’euros sont par exemple investis au dans la rosiculture et surtout dans les infrastructures de logistique et de commercialisation aux Pays-Bas, un pays où a eu lieu le premier crack boursier de l’histoire, au début du XVIIème siècle, quand la bulle spéculative du marché de la… tulipe a explosé ! En raison de la saisonnalité de la production, déjà. La leçon a été retenue certainement, puisque désormais, la Hollande, en mesure d’importer des roses toute l’année est devenue la plaque tournante du commerce mondial des roses. 

Des Pays-Bas, nous allons voir la rose aussi sur son lieu de naissance. Sur les hauts plateaux est-africains, le climat permet l’implantation de gigantesques exploitations. La plus grande au monde, la kenyane Oserian, est une ferme de 5000 hectares. Six à sept récoltes par an pour 7 à 8 plants de rose au mètre carré. Il faut 19 employés par hectare pour faire tourner l'exploitation (le ratio est de 3 par hectare dans les serres hollandaises).

"Allons voir si la rose", c’est un reportage de Grégoire Lecalot avec Laure Broulard au Kenya. Prise de son, Benjamin Thuaud. Réalisation, Violaine Ballet avec l’assistance précieuse de Mahaut Debutler. Documentation : Sabine Bonamy

Pour aller plus loin

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.