[scald=10913:sdl_editor_representation] La crise économique qui succède à la crise financière frappe de plein fouet l’industrie automobile. Malgré les mesures d’aide prises par le gouvernement français, notamment la prime à la casse de 1.000 euros, les immatriculations ont encore chuté de plus de 15% en décembre. Plus d’un million de voitures neuves attendent de trouver preneur dans les parcs de stockage. Le gouvernement a annoncé la tenue d’états généraux de l’automobile le 20 janvier prochain. Les constructeurs français, moins mal en point que certains de leurs concurrents étrangers, ont recours au chômage technique et ne semblent pas directement menacés. Mais à côté de ces grandes entreprises, de nombreuses PME sous-traitantes qui leur fournissent habituellement des pièces sont en difficulté voire au bord de la faillite. Les salariés et les syndicats craignent que la crise n’accentue le phénomène de délocalisation de cette sous-traitance déjà à l’œuvre depuis plusieurs années. Emmanuel Leclère s’est rendu dans le pays de Montbéliard, berceau de Peugeot et de l’automobile française où sont implantés de nombreux sous-traitants. Il a pu constater l’ampleur de la crise et a recueilli les réactions de salariés et de salariés du secteur. D'autres photos sont disponibles sur la galerie photos. ### liens

Filière automobile : on a oublié l’urgence !

Lettre ouverte du CLIFA au président de la République, du 8 décembre 2008. Le CLIFA (Comité de Liaison des Fournisseurs de l'Automobile) représente l'ensemble des fournisseurs des constructeurs automobiles, équipementiers et sous-traitants.### Sauver la sous-traitance automobile

Mesures d'urgence préconisées en novembre par la FIM (Fédération des Industries Mécaniques).###

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.