Le congrès du Front national qui se tient à Lille ce week-end est présenté comme celui du renouveau.

Lors du congrès de Lille, Marine Le Pen devra convaincre les militants de l'intérêt de changer le nom de son parti
Lors du congrès de Lille, Marine Le Pen devra convaincre les militants de l'intérêt de changer le nom de son parti © AFP / Philippe HUGUEN

Marine Le Pen a lancé une refondation du FN. Son point d’orgue sera de soumettre aux militants un nouveau nom pour ce parti créé par son père il y 46 ans. 

Elle promet du neuf, mais ce congrès se terminera comme les deux précédents : par sa réélection, sans aucune concurrence interne. La voie est libre par elle, alors même qu’elle n’a jamais été autant contestée par les militants et certains cadres du parti.

L’élection présidentielle restera marquée par son naufrage du 3 mai 2017, lors du débat face à Emmanuel Macron, c’était en direct devant 16 millions de téléspectateurs. 

Cette année, il n’y a pas de scrutin prévu – les prochaines élections sont les européennes en 2019 - le contexte est idéal pour recomposer l’échiquier politique, sans dessus dessous depuis le "chamboule tout" Macron .

Le parti Les Républicains n’en finit pas de se déchirer devant un discours de plus en plus droitier de son nouveau président Laurent Wauquiez.  

La frontière entre LR et FN tend à se confondre sur des sujets comme l’immigration. À tel point qu’aujourd’hui, l’idée d’un rassemblement commence à émerger chez les militants. Les états-majors des partis le refusent pour le moment, mais les sympathisants sur le terrain voient bien la porosité d'une partie de ces deux électorats.

Un profil se dégage pour incarner le visage de ces deux droites : Marion Maréchal Le Pen, pourtant toute jeune retraitée de la vie politique.

L’avenir du FN passe-t-il par l’union des droites ? C’est la question posée dans ce reportage, signé Aurélien Colly.

La prise de son de ce reportage a été assurée par Olivia Branger, Georges Thau et Jean-Marie Procher.

Réalisation de Michelle Soulier, assistée de Valentin Perez.

Mixage : Rémi Quencez

► POUR ALLER PLUS LOIN 

Sur le site de LCP "Les idées du Front national en perte de vitesse"

Sur le site "Bourse Direct", "Marine Le Pen : une image dégradée, un cap inchangé"

Sur le site du quotidien "La Croix", "Les raisons des multiples départs du Front national"

Sur le site du quotidien "Le Temps", "Marine Le Pen, la revanche ou la panne en 2018"

Le blog de l’historienne Valérie Igounet « Derrière le Front », histoires, analyses et décodages du Front national

Sur le site de l’INA, vidéo « Le diable de la République : 40 ans de Front national »

Sur YouTube, vidéo de l’AFP du 25 avril 2017 « Histoire du Front national »

► MISE À JOUR

Comme prévu, Marine Le Pen, réélue à l'unanimité - puisque seule candidate - pour un troisième mandat de présidente, a proposé aux militants de changer le nom du parti qu'elle veut rebaptiser "Rassemblement national"

Ce nouveau nom sera soumis à un vote des militants, par courrier, dont le résultat ne sera pas connu avant au moins six semaines.

Les militants ont également voté les changements de statuts qui suppriment le titre de président d'honneur, occupé par l'ex-président et fondateur du parti en 1972, Jean-Marie Le Pen. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.