Peut-on mourir le jour de la victoire ? À Vrigne-Meuse dans les Ardennes, les combats se sont poursuivis dans la matinée du 11 novembre 1918, après la signature de l’armistice. Les poilus tombés ce matin-là ont été déclarés morts la veille.

Augustin Trébuchon, dernier poilu mort au combat
Augustin Trébuchon, dernier poilu mort au combat © Radio France / Géraldine Hallot

11 novembre 1918, 11h. Le clairon sonne dans les tranchées. C'est le cessez-le-feu. Quelques heures plus tôt, à 5h15, l'armistice a été signé dans un wagon à Rethondes dans l'Oise. Et pourtant, en ce matin du 11 novembre, on meurt encore sur le champ de bataille. Vers 10h50, à Vrigne-Meuse dans les Ardennes, l'agent de liaison Augustin Trébuchon est fauché en portant un message. Il annonçait la soupe.

Augustin Trébuchon est le dernier poilu mort au combat en France. Dernier mort de la dernière bataille. Celle lancée à Vrigne-Meuse par le Maréchal Foch le 9 novembre, alors même que les pourparlers de l'armistice sont en cours. Le commandement français veut maintenir la pression sur l'Allemagne. 1 200 hommes sont mobilisés pour franchir la Meuse et déloger la garde prussienne (unité d'élite). En deux jours, 96 sont tués, près de 200 sont blessés. On préférera les oublier.

Dans l'après-guerre, les combattants de cette ultime offensive sont écartés des commémorations. A Vrigne-Meuse, il faut attendre 10 ans pour qu'on érige un monument aux morts. Et sur les tombes des soldats tués le 11, c'est le 10 novembre qui est inscrit comme date de décès. On ne meurt pas le jour de la victoire.

"Quand l'armistice sonne le glas, les morts cachés du 11 novembre" : un reportage de Géraldine Hallot.

  • Prise de sons : Arthur Gerbault
  • Réalisation : Violaine Ballet assistée de Stéphane Cosme et Elise Amchin
  • Mixage : Jean-Philippe Jeanne
  • Documentation: Sabine Bonamy

POUR ALLER PLUS LOIN :

La bataille de Vrigne-Meuse

Les derniers morts de 14-18

EXTRAITS SONORES :

  • Le soldat méconnu (documentaire), Jérémie Malavoy, Hugo Bienvenu, Kevin Manach
  • Un long dimanche de fiançailles (film), Jean Pierre Jeunet 
  • Pour nos morts, sonnez clairons (poésie), Théodore Botrel
  • Inter Actualités du 11 novembre 1968, Cardinal Feltin / INA 
  • Les Alsaciens ou les deux Mathilde (téléfilm), Michel Favart / Arte

MUSIQUES :

  • "D song" – Bonobo
  • "White out" – Alexander Turnquist
  • "Apparition" – Glitterbug
  • "Ursa Major find" – Colleen
  • "Prélude" – Béatrice Thiriet
  • "L’Alsace et la Lorraine" – Georges Thill
  • "Bourrée de porte" – Hervé Capel
  • "The Beech" – Gustavo Santaolalla
  • "Grand régulateur" – Bruno Letort
  • "Gueules cassées" – Tindersticks
  • "Au drapeau" – Orchestre de la garde Républicaine               
  • "Ohp" – Colin Stetson
  • "Plus tôt" – Alexandra Streliski       
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.