Interception part dimanche sur les traces de Mao, le fondateur de la Chine communiste. Il est mort en 1976, mais jouit toujours d'une aura considérable auprès des Chinois, toutes générations confondues. Alain Lewkowicz est allé en reportage à Pékin et dans la province du Hunan, au centre du pays. Le village natal de Mao Zedong, Shaoshan, est devenu un incroyable lieu de pèlerinage entièrement dédié à sa gloire. Il n'y a pas eu de "démaoïsation" en Chine. C'est un sujet tabou. Deng Xiaoping avait fixé la limite: "Mao c'est 70% de bon et 30% de mauvais". Ainsi, les statues de Mao n'ont pas été renversées, malgré les millions de morts et les cataclysmes provoqués par les choix idéologiques du Grand Timonier. La Chine d'aujourd'hui est ouverte au vent de la mondialisation et du libéralisme, une Chine quasi-capitaliste, avec des riches et des centaines de millions de pauvres. Pourtant, Mao est toujours présenté comme un héros. Parfois même comme une sorte de demi-dieu. BibliographieSois riche et tais-toiPortrait de la Chine d'aujourd'hui Eric Meyer Robert Laffont, 2002 Chine : la réforme autoritaire Jiang Zemin et Zhu Rongji Henri Eyraud Bleu de Chine, 2001 La victoire de la Chine Jean Mandelbaum et Daniel Haber Descartes et Cie, 2001

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.