De l’été 42 à la fin 44, 130.000 jeunes d’Alsace et de Moselle ont été obligés de combattre sous uniforme allemand, la plupart du temps sur le front de l'Est. On les appelle les malgré-nous. 40.000 ne sont jamais revenus, et environ 26.000 furent prisonniers en Russie, après avoir déserté l’armée allemande ou s’être fait capturer par l’Armée rouge. Cet été, Pascal Dervieux , correspondant de France Inter en Russie, a assisté aux cérémonies qui ont eu lieu dans le camps de Tambov, à 450 km de Moscou, le camps où les malgré-nous avaient été regroupés, et où plusieurs milliers d’entre eux sont morts de mauvais traitements, de faim, et de maladie. Aujourd’hui encore, 60 ans après, alsaciens et mosellans portent la blessure de l’incompréhension de leurs compatriotes, qui les traitèrent de sales boches parce qu’ils avaient porté l’uniforme allemand, oubliant que la plupart du temps ils n’avaient pas le choix. La tragédie des malgré-nous. Tambov, le camp des français Pierre Rigoulot Denoël L'Alsace-Lorraine pendant la guerre 39-45 Pierre Rigoulot Que sais-je ? Malgré-nous ! : le drame des Alsaciens et des Lorrains Georges Starcky Ed. France-Empire Les malgré-nous : histoire de l'incorporation de force des Alsaciens-Mosellans dans l'armée allemande Eugène Riedweg Ed. du Rhin Malgré-nous : à 18 ans en Russie Joseph Burg Ed. Pierron Pour lutter contre l'oubli : souvenirs d'un malgré-nous sous l'occupation allemande de 1940 à 1945 René Bickel Ed. des écrivains 39/45 ou les tribulations d'un alsacien Paul Dibling Pleine vie

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.