Les français jettent chaque année 10 à 12 millions de frigos, cuisinières, grille-pain, ou machines à laver. Des appareils défectueux, devenus inutiles et encombrants, sauf pour le réseau E.N.V.I.E, un ensemble de 42 sites de réinsertion qui les répare ou les recycle, et les revend. Cette belle idée naît en 1984 dans un entrepôt des chiffonniers d’Emmaüs. D'un côté, on ne savait pas quoi faire de l’électroménager défectueux, invendable en l’état, raconte l’un des administrateurs du réseau. De l’autre, on avait autour de nous de plus en plus de gens cassés, sans travail. « Entreprise nouvelle vers l’insertion économique », en abrégé E.N.V.I.E forme donc les hommes à réparer les objets. Aujourd’hui, plus de 1000 jeunes sans qualification, anciens chômeurs de longue durée ou ex-taulards y travaillent. A l’issue d’un contrat/formation de deux ans maximum, la moitié d’entre eux retrouve un chemin vers l’emploi. La Directive européenne -applicable cet été- qui oblige les fabricants à organiser la filière du retraitement est une aubaine pour E.N.V.I.E qui jusqu’alors désossait quasi-gratuitement télés et ordinateurs. C’est un reportage de Philippe Reltien. Une société en quête de sens Jean-Baptiste de Foucauld avec Denis Piveteau odile jacob,1995 Manifeste contre la pauvreté Martin Hirsch Oh Editions,2004

Wolber : Michelin m’a tué , un reportage de Marie Viennot.

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.