Le procès des prothèses mammaires PIP va s'ouvrir à Marseille. Des dizaines de milliers de femmes sont victimes de Jean-Claude Mas, patron de cette entreprise varoise qui a rempli ses prothèses avec de l'huile industrielle. Les victimes témoignent de leur désarroi, leur colère, mais surtout leur peur pour leur santé.

Les prothèses mammaires PIP se percent et contiennent de l'huile industrielle au lieu de silicone conforme
Les prothèses mammaires PIP se percent et contiennent de l'huile industrielle au lieu de silicone conforme © Getty / BSIP / Contributeur

Poly Implant Prothèse, autrement dit P.I.P. 

C’est l’entreprise varoise qui a donné son nom aux prothèses mammaires fabriquées à La Seyne-sur-Mer par Jean-Claude Mas.

Du gel dans une prothèse PIP rompue
Du gel dans une prothèse PIP rompue © Annie Mesnil

Le gel de silicone utilisé par la société P.I.P. était constitué notamment de produits destinés à un usage industriel. En aucun cas médical.

Aucun risque pour la santé !

claironnait Jean-Claude Mas, le patron.  A moins d’un report, son procès pénal pour "tromperie" s’ouvrira ce mercredi 17 avril à Marseille. Quatre autres dirigeants de P.I.P. se tiendront à ses côtés sur le banc des prévenus. 

Les avocats des parties civiles représenteront plus de 5000 plaignantes. Elles attendent ce moment depuis trois ans.

Pour ces femmes, la pose de prothèses mammaires a répondu à des besoins très variés reconstruction après un cancer du sein , désir de retrouver un corps ferme après plusieurs maternités, complexe de jeunesse dû à une petite poitrine. Selon le motif, elles ont reçu des regards et des commentaires compréhensifs, tolérants ou hostiles. Valérie Cantié a recueilli des témoignages de différentes victimes de PIP. Toutes craignent pour leur santé à court, moyen ou long terme.

PIP - opération explantation clinique mozart  Nice
PIP - opération explantation clinique mozart Nice © Valérie Cantié

Un reportage de Valérie Cantié

Prise de son : Frédéric Cayrou

Les liens

Les invités
Les références
L'équipe