Il y a tout juste 11 mois, les Français rivés à leurs écrans, regardaient incrédules, la toiture de Notre-Dame de Paris partir en fumée.

La basilique de Saint Denis en travaux
La basilique de Saint Denis en travaux © Radio France / Vanessa Descouraux

La toiture de la cathédrale de Paris, avec sa charpente millénaire, a été entièrement détruite ce 15 avril. Il y a eu en outre des dégâts considérables liés à l’incendie et à son extinction par les pompiers. Ceux-ci ont même cru pendant quelques dizaines de minutes ne pas pouvoir sauver l’édifice. Après l’effondrement spectaculaire de la flèche, la tour Nord a suscité une vive inquiétude.

On ne mesure pas encore exactement les conséquences sur la santé publique de la fonte de centaines de tonnes de plomb

Mais on commence à appréhender l’ampleur du chantier de reconstruction. Et nonobstant les déclarations optimistes du président Macron évoquant un délai de 5 ans pour reconstruire, bien des professionnels ont des doutes.

Car on ne sait pas encore si la cathédrale doit être reconstruite à l’identique ou bien si le travail de restauration accompli par Viollet le Duc sera modernisé (c’est lui qui, au XIXe siècle, avait doté la cathédrale d’une flèche !). Enfin, on ne sait pas si une reconstruction à l’identique se ferait avec des matériaux différent (comme à Reims où la charpente a été reconstruite en béton).

Travaux de restauration dans la basilique de Saint Denis
Travaux de restauration dans la basilique de Saint Denis © Radio France / Vanessa Descouraux

Et si le savoir-faire existe bel et bien, on n’est pas certain d’avoir le nombre nécessaire d’ouvriers. Parmi les dépositaires de ce savoir-faire, il y a les Compagnons du Devoir. Leur institution a été admise à la Conférence des grandes écoles pour la qualité de ses formations. Et certains de ces ouvriers d’élite résolvent quotidiennement les problèmes qui vont se poser à Notre Dame. 

Pour l’entretien de notre patrimoine architectural, l’argent reste évidemment le nerf de la guerre. Tous les architectes des monuments historiques doivent aussi être gestionnaires.

« Après Notre-Dame, le patrimoine en chantiers », c’est un reportage de Christine Siméone, avec la contribution parfois perchée de Laurent Lucas, Romain Luquiens et François Rivalan pour la prise de son.

Réalisation Violaine Ballet, assistée de Martine Meyssonnier. Mixage, Claude Niort. Documentation, Sabine Bonamy.

Pour aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.