Le premier Ministre serbe assassiné, les bruits de bottes qui se rapprochent de l’Irak : Interception a choisi d’aller voir comment on vit en Bosnie-Herzégovine, sept ans après les accords de Dayton qui ont mis fin à la guerre. De 92 à 95, la guerre en Bosnie a été la plus sanglante de l’ex-Yougoslavie : plus de 200.000 morts. Aujourd’hui, il y a toujours 12.000 soldats de l’OTAN pour imposer la paix, pour éviter une résurgence possible des affrontements entre les serbes, qui gèrent la moitié du territoire, et les croates et les bosniaques, qui se partagent l’autre moitié. Le reportage d’Interception, réalisé par Christine Siméone , a été tourné à Mostar. Dans cette ville de 100.000 habitants, les bosniaques vivent à l’Est, les croates à l’Ouest. Les serbes ne sont que quelques milliers. Malgré les efforts de la communauté internationale, les ennemis d’hier vivent dos à dos, chacun chez soi, séparés par trop de souffrances et de nationalisme vivace. Entre amertume et culpabilité, les mostaris s’accrochent à un symbole mythique d’union et de tolérance : la reconstruction du vieux pont ottoman, Stari most, détruit par les militaires croates en 93. Dix ans plus tard, il est en train de renaître, reconstruit à l’identique : une élégante arche de pierre blanche, lancée 20 mètres au dessus des eaux vertes de la Neretva.

Le pont sur la Drina Ivo Andric Ed LGF, le livre de poche Biblio, 1999. Stari Most, le vieux pont de Mostar Gilles Péqueux et Yvon Le Corre Ed Gallimard et Partenaires, 2002. Bréviaire Méditerranéen Pedrag Matvejevitch Ed Payot et Rivages, 1992. Ew-Yougoslavie, les seigneurs de la guerre Pedrag Matvejevitch, Zlatko Dizdarevic, Vidosav Stevanovic Ed Esprit des Péninsules, 1999. Si vous n'arrivez pas à écouter l'émission de la semaine , il se peut que votre fichier audio ne soit pas actualisé, lancez Internet Explorer, puis le menu outils, puis "options Internet", dans le champs "fichiers internet temporaires" et cliquez sur "supprimer les fichiers".

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.