Comme la SNCF, La Poste est en pleine mutation : mutation qui s'organise parfois dans la douleur pour ses 250 000 agents.

Boîte aux lettres à Deauville
Boîte aux lettres à Deauville © AFP / Gilles Targat

Aujourd’hui, nous vous proposons de ré-écouter un reportage diffusé le 22 avril. Reportage sur une grande entreprise publique, une entreprise de proximité pour tous les Français et qui est en cours de mutation. Depuis le premier mars 2010, La Poste n’est plus un établissement public, mais une Société anonyme qui a engrangé l’an dernier plus de 850 millions de profit. 

Et si la branche « courrier-colis » compte encore pour 46% du chiffre d’affaires, alors qu’elle emploie 54% des quelque 250 000 agents, cette activité historique est en baisse constante (moins 18% entre 2013 et 2016).

Au nom de l’adaptation au monde nouveau, on demande de plus en plus de polyvalence aux agents, sans qu’ils en comprennent vraiment l’utilité, en dehors d’une course à la productivité.

Et du coup, la mutation se fait parfois dans la douleur : en début d’année à Rennes, les postiers ont fait 132 jours de grève.

Entreprise publique en mutation, ouverture à la concurrence, modification du statut des agents, à l’heure ou la SNCF traverse une zone de turbulences, l’évolution de La Poste résonne naturellement aux oreilles des Français attachés à leurs services publics.

La Poste, le profit au pied de la lettre, c’est un reportage de Nasser Madji. Prise de son, Alexandre Abergel et Marcos Darras. Mixage, Valentin Azan. Réalisation, Stéphane Cosme assisté d’Elise Amchin.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.